Culture

SUR LE VIF : Wuta Mayi refait surface avec « La face cachée »

Difficile pour les mélomanes qui l’ont connu, à l’époque où la musique congolaise semblait à son apogée, de ne pas se souvenir de Wuta Mayi Blaise Pasco, cette figure emblématique de la chanson congolaise des années 1960-1970. Wuta Mayi, comme le di¬rait un des chroniqueurs de musique, a su, durant plusieurs années, marquer son temps d’une empreinte indélébile avec une audace caractérisée par son génie et sa volonté de s’imposer sur la scène musicale congolaise et africaine. Chanteur de charme et auteur-compositeur de grande force, c’est depuis les années ’80 qu’il a choisi de s’installer en France où il poursuit sa carrière musicale. Un parcours international remarquable en compagnie de ses compatriotes Nyboma « Danos Canta », Syran Mbenza et autres au sein du groupe les « 4 Etoiles », puis dans « Kekele », avec lesquels il a parcouru les quatre coins du monde.
Ancien sociétaire de l’orchestre Continental de Maître Taurreau (Ngombe Baseko), Wuta Mayi intègre le TP O.K. Jazz du Grand Maître Luambo Franco, avant de connaître une période de vaches maigres. Dans un sursaut d’orgueil, l’artiste a refait surface en lançant sur le marché, « Face cachée », un album bien côté dans les différents hit parades de ces derniers mois.
Blaise Wuta Mayi aura donc résisté pendant de longues années en évoluant en solo, confrontée à une conjoncture difficile dans la production musicale. Ce nouvel opus qui marque son retour, sera assurément un souvenir impérissable et l’un des décibels les plus prégnants de la discographie de l’artiste. Dans cette oeuvre, il est accompagné par la crème des spécialistes congolais de la rumba en Europe.
Wuta Mayi : parcours d’un chanteur
Né à Léopoldville (actuel Kinshasa), le 09 août 1949, Wuta Mayi est baptisé Gaspard, peu après sa naissance. En 1967, (il avait 18 ans), alors qu’il est en¬core élève à l’établissement scolaire Joséphine Charlotte School, (en face du Camp Lieutenant-colonel Ko¬kolo), il rejoint le groupe Jamel National, dont le quartier général se situait dans la commune de Dendale (Kasa-Vubu). Pendant son séjour à Jamel National, un membre de sa famille le surnom¬me « Blaise », pour faire Blaise Pascal. Et son nom d’artiste deviendra désormais “Blaise Pasco”. 1968, Blaise Pasco commence effective¬ment sa carrière musicale professionnelle au sein de l’orchestre « Bambou¬la » du talentueux guitariste-solo Antoine Nedule, alias “Papa Noël”. En 1969 “Bamboula” représente la RDC au premier Festival culturel panafricain d’Alger où il affronte les Bantous de la capitale du Congo- Brazzaville. En décembre 1969 et début 1970, il fait partie de l’orchestre “Rock-A-Mambo” nouvelle formule du chanteur José Philippe Landot dit “Rossignol”, avant de rejoindre “Rock-A-Festival”, un orchestre d’enregistrement. En 1971, Maître Taureau le débauche et le fait intégrer l’orchestre Continental, sa création. C’est au courant de cette même année et, du fait de la politique de recours à l’authenticité imposée par Mobutu que Pascal Wuta devient Wuta Yundula Mayanda dit “Wuta Mayi”.
En Juin 1974, le Grand Maître Luambo Franco le débauche à son tour et l’intègre dans le Tout Puissant OK Jazz. En octobre 1982, à l’initiative du producteur ivoirien David Ouattara, il crée le groupe “Les 4 Etoiles” composé de Syran Mbenza, Bopaul Masiami¬na et Nyboma. En 2001, Wuta Mayi crée à Paris avec ses compatriotes, un groupe de la Rumba congolaise moderne utilisant des guitares acoustiques qu’ils dénomment “KEKELE”. Depuis,”KEKELE “qui est un groupe de retrouvailles laisse suffisamment de liberté à chaque membre d’évoluer en solo. « La face cachée » est le résultat de cette politique que plus d’un mélomane salue avec ferveur.
Wuta Mayi a signé un certain nombre de chansons à succès : “Melou” (1975),“Basala la vie” (1978), “Ayant droit”, “Moleka”, “Beyou” (1980), “Tuti” (1981).
ZENGA NTU

Hits: 52

Partagez cet article