A la une Politique

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : Violences à Bambari, Faustin Archange Touadéra chez Joseph Kabila

Son investiture interviendra le 30 mars 2016. Mais Faustin Archange Touadéra, le tout nouveau Chef de l’Etat Centrafricain n’attend pas sa prise de fonctions officielles pour se mettre à l’ouvrage. A son actif depuis son élection au second tour de la présidentielle centrafricaine le 14 février 2016, trois visites chez ses voisins Tchadien, Brazza-Congolais et RD Congolais.
A Kinshasa, le Chef de l’Etat Centrafricain est arrivé lundi 7 mars au milieu de la journée. Le programme de sa visite n’était donc pas encore connu lorsque Le Maximum mettait sous presse. Mais on peut remarquer qu’elle coïncide avec la recrudescence de la violence à Bambari, une ville qui était placée sous contrôle des casques bleus de la RD Congo jusqu’au début de l’année. Plus d’une quinzaine de personnes ont été tuées dans des accrochages et des représailles, selon des informations de la RFI du lundi 7 mars dans la matinée. Accrochages et représailles qui opposent musulmans et chrétiens (ex. Seleka et Anti-balaka) dans cette ville coupée en deux depuis 2014.
Ce nouveau cycle de violences et de représailles a démarré d’une manière presque habituelle à Bambari. En début de semaine, deux musulmans sont enlevés sur une route à une dizaine de kilomètres au sud de la ville.
Jeudi, un accrochage oppose un groupe d’anti-balakas et des éléments de l’UPC, l’ex-Seleka locale. L’affrontement se poursuit dans un site de déplacés. Il y a plusieurs morts. Des nouveaux accrochages sont signalés vendredi dernier quand des hommes armés tirent sur un Peul. Là encore, une course poursuite s’engage et des affrontements éclatent. Samedi, nouvel accrochage.
En tout, selon une source humanitaire, ce sont plus d’une quinzaine de personnes, hommes ou femmes, combattants ou non, qui ont trouvé la mort dans ce regain de violences depuis la semaine dernière, rapporte RFI, qui s’abstient néanmoins de relever que la recrudescence de la violence à Bambari est consécutive au retrait des casques bleus rd congolais qui maîtrisait le territoire et y avaient imposé quelque accalmie depuis 2014.
Les troupes de la RD Congo ont été relevées de leurs positions à Bambari et rapatriées en RD Congo pour des raisons qui tournent autour des questions d’intendance, selon les déclarations du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki moon, au cours de son récent séjour en RD Congo.
Mais avant ces justifications onusiennes, les casques bleus rd congolais avaient été accusés d’exactions sexuelles sur mineures, sans que la moindre preuve de ces accusations n’ait jamais été apportée.
En deux mots comme en mille, on doit les morts de Bambari, à quelques semaines de la prise de fonction officielle du nouveau Chef de l’Etat Centrafricain, aux Nations-Unies qui ont décidé de dégarnir un front connu pour la tension permanente qui y sévit entre les communautés musulmanes et chrétiennes sans prendre des mesures conséquentes pour protéger les populations civiles.
A Kinshasa, Faustin Archange Touadéra ne devrait donc pas manquer de discuter de la question avec son homologue rd congolais, Joseph Kabila.
J.N.

Vues : 152

Partagez cet article