A la une Politique

REGIES DES VOIES AERIENNES : Les défis d’Alphonse Shungu

Le nouveau DG de la Régie des Voies Aérienne (RVA), Alphonse Shungu Mahungu a pris officiellement ses fonctions lundi 12 juillet 2021 au cours d’une cérémonie de remise et reprise avec l’équipe sortante. Il a tenu à remercier le chef de l’Etat pour l’avoir désigné à ce poste avant de s’engager à soutenir la vision de Félix Tshisekedi dont il est proche depuis trois décennies.
Alphonse Shungu place haut la barre dans les objectifs qu’il s’est fixé dans la gestion de cette entreprise publique. On rappelle à cet égard que cet universitaire, expert international et ancien haut cadre au ministère de l’Economie rentré de Belgique il y a trois ans, avait fait partie du groupe des 13 experts que le chef de l’Etat avait désigné pour élaborer son programme économique présidentiel. Fort de son expérience en tant que directeur de cabinet de la ministre de l’Economie nationale Acacia Bandubola, dans le gouvernement Ilunga Ilunkamba, Shungu assure s’etre imprégné de la réalité socio-économique de la RDC et du fonctionnement des entreprises publiques. Aussi, affirme-t-il être capable de déceler les contraintes liées au déficit de management public et à l’optimisation de la mobilisation des ressources publiques, utiles pour rendre viables et performantes l’économie congolaise.
En toute humilité et détermination, le nouveau directeur général de la RVA dit être conscient des défis qui l’attendent dans le cadre de ses nouvelles responsabilités à la tête d’une entreprise «mammouth» qu’il entend relever. Alphonse Shungu s’assigne quelques objectifs à cet effet : Instaurer et impulser une nouvelle culture d’entreprise axée sur l’optimisation du capital humain (formation du personnel et valorisation de ses conditions de travail) et le management des resultats fondé sur la base d’un changement graduel de mode de gouvernance.
Réorganiser la structure de la RVA de manière intégrée et intégrale.
Assainir et redresser le fonctionnement de la RVA.
Moderniser la gestion et le fonctionnement de la RVA en recourant notamment à la numérisation/digitalisation des systèmes de paiement de certaines taxes/redevances afin de maximiser les recettes nécessaires aux investissements.
Pour lui, il s’agit d’une entreprise de «self-supporting» devant être capable de subvenir à ses besoins d’investissement, tout en s’ouvrant également au partenariat public privé.
La sécurité de l’espace aérien congolais et la sûreté de l’aviation civile font également partie des priorités de son mandat. Elle constitue l’objectif fondamental devant permettre à la RVA, en tant que service public, de contribuer à la sécurité publique et à la sûreté nationale et internationale. «Dans ce cadre, il y a lieu de faire la distinction entre la sûreté et la sécurité. La sûreté se rapporte à la protection des personnes, des frets, des installations aéroportuaires et des matériels contre les actes malveillants, criminels ou terroristes. La sécurité, elle, relève du respect des règles d’exploitation des aéronefs et des installations par les personnels qui en ont la charge. Un des objectifs stratégiques de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) vise effectivement le renforcement de la sécurité de l’aviation civile à l’échelle mondiale.
La modernisation des infrastructures aéroportuaires de la RDC et leur équipement suivant les standards internationaux de l’OACI est un des objectifs qui découle de cette exigence sécuritaire mentionnée ci-dessus», a expliqué le nouveau DG de la RVA qui a également évoqué la question d’entretien et de maintenance de la plupart des avions opérant à l’intérieur de l’espace aérien congolais. Alphonse Shungu n’a pas manqué de relever la qualité vétuste et rudimentaire des aéroports et des aérodromes congolais qui ne répondent pas aux normes de l’OACI en mettant de ce fait la vie des passagers en danger. «Ce qui rend nos aéroports non compétitifs au point que plusieurs grandes compagnies aériennes ont fini par déserter l’espace aérien congolais. La mise en place des projets de développement des infrastructures aéroportuaires doivent favoriser l’inter-connectivité des territoires congolais ainsi que le désenclavement intérieur et extérieur de la RDC. Il s’agit concrètement de renforcer la sûreté et la sécurité de l’espace aérien congolais par le développement de la couverture de cet espace avec des instruments d’aide à la navigation et des outils de communication conformes aux normes de l’OACI, ainsi que la construction des infrastructures de base au sol. Il nous faut innover et développer un système de navigation aérienne sûr, sécuritaire, performant et compétitif. Je tiens à redorer l’image de l’entreprise ternie depuis près de deux décennies. Je me donne la mission de promouvoir un système de transport aérien efficient et moderne appelé à devenir un vecteur de développement socioéconomique de la RDC sur les plans de transport/logistique domestique interne, régional et international. L’objectif à terme est de parvenir à la résilience du système de sécurité aérienne et à la levée des différentes mesures de bannissement qui frappent la RDC du fait de la non-conformité du système de supervision de la sûreté et la sécurité aériennes aux normes internationales minimales de sécurité. Je serai très exigeant vis-à-vis de moi-même et de tous mes collaborateurs avec lesquels je serai en contacts réguliers sur le terrain. Je serai également très rigoureux dans toutes mes prises de décision et choix stratégiques pour atteindre les objectifs précités», a-t-il prévenu.
Bien avant la mise en oeuvre de son plan d’action, le nouveau DG a tenu de faire l’état des lieux de l’entreprise. Selon lui, la RVA est confrontée à un passif social colossal qu’il a qualifié de chape de béton sur la tête de la RVA, des salaires d’attente importants, des arriérés de salaire cumulatifs avec des disparités dans les 26 provinces de la RDC, des dettes fiscales énormes ainsi que des dysfonctionnements dans son administration.
C’est à partir de ce diagnostic qu’il pourra alors élaborer une feuille de route devant déterminer ses actions futures en collaboration avec l’ensemble des membres du Conseil d’administration et de tous les agents et cadres de la RVA.
JM

Vues : 52

Partagez cet article