A la une Politique

FCC-CACH : Pêcheurs en eaux troubles recadrés

Daniel Ngoyi Mulunda et Jean Berchmans Kongolo ont lancé, chacun de son côté, un appel pathétique au président Félix Tshisekedi pour ne pas céder aux pressions de ceux qui l’appellent à tirer un trait sur la coalition constituée début 2019 entre son CACH et le FCC de son prédécesseur Joseph Kabila. Evoquant la campagne baptisée « Eveil patriotique » de l’évêque Pascal Mukuna des Assemblées chrétiennes de Kinshasa (ACK) qui était monté au créneau pour fustiger cette coalition et demander à Tshisekedi de s’en retirer, Ngoyi Mulunda, président du Programme oeucuménique de paix de paix, transformation des conflits et réconciliation (PAREC) a déclaré d’entrée de jeu qu’on se trouvait face à  « une mobilisation tribalo-Kasaïenne basée sur la haine ». Ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), le pasteur Daniel Ngoyi Mulunda n’a pas mis des gants pour dénoncer Pascal Mukuna, qui s’est lancé récemment une campagne qu’il avait baptisé « combat d’éveil patriotique », appelant à la rupture de l’alliance entre le CACH et le FCC et invitant tous les kasaïens à s’aligner inconditionnellement derrière Fatshi face à ce qu’il a considéré comme de la mauvaise foi de la famille politique de Joseph Kabila « qui bloque les actions du chef de l’Etat». Ngoyi Mulunda s’insurge de voir Pascal Mukuna mener ainsi ouvertement et impunément une action séparatiste qui repose sur la haine tribale. « Ce que fait notre compatriote Pascal Mukuna n’est ni un éveil patriotique, ni une action prophétique. C’est simplement une mobilisation tribalo-Kasaïenne basée sur la haine, la jalousie et l’ingratitude. Il allume un feu qui ne peut être éteint que par un autre feu », a-t-il dit. Et l’ancien patron de la CENI de rappeler à l’évêque Mukuna que « Félix Tshisekedi est le président de tous les Congolais. C’est pourquoi, nous avons voté pour lui. Il ne doit pas perdre de vue que la RDC appartient à tous les Congolais, sinon on l’appellerait République du Kasaï. Un tel tribalisme est tout simplement honteux », a-t-il martelé. Pour sa part, le kasaïen Jean Berchmans Kongolo, Coordonnateur de la Dynamique pour l’éveil de la conscience patriotique (DECP) voit une main noire malveillante derrière l’agitation qui s’est emparée de la sphère politique depuis quelques temps. Pour y remédier, il demande au chef de l’Etat Félix Tshisekedi de revisiter son cabinet de travail et son entourage, de le toiletter pour répondre aux attentes du peuple congolais qui lui a fait confiance. C’est au cours d’une cérémonie d’échange des vœux avec les membres de la DECP, à l’Espace Jéricho, au bord du fleuve Congo, dans la commune de Ngaliema samedi 8 février 2020 que Kongolo a dit souhaiter que le nouveau président donne « un coup de balai dans son cabinet. Cela  devient urgent et nécessaire. Il doit débarrasser son cabinet de tous les corps impurs qui agissent comme des pesanteurs. Il y a trop de soupçons de corruption, de malversations financières, de trafics d’influence… », s’est-il indigné.

Pas de séparation avec  le FCC

Jean Berchmans Kongolo s’est aussi inscrit en faux contre ceux qui plaident pour que que le chef de l’Etat et sa plateforme Cap pour le Changement (CACH) se séparent de l’ancien président de la République, Joseph Kabila et son Front Commun pour le Congo (FCC). « Quand il (Félix Tshisekedi ndlr) dit qu’il va maintenir les alliances, il faut l’encourager. C’est le respect de la parole donnée qui est une valeur prônée par tous les membres de la DECP. Pour quelles raisons doit-il se séparer du FCC ? Joseph Kabila n’est pas ministre que je sache », a-t-il martelé. « L’alliance de CACH avec le FCC est nécessaire pour le pays. Monsieur Joseph Kabila est encore jeune et il aurait pu décider de se cramponner au pouvoir et s’imposer avec l’armée et les autres services de sécurité qui étaient sous son contrôle pour y rester plus longtemps, on n’aurait jamais parlé d’alternance », justifie-t-il avant de poursuivre : « Le président de la République, Félix Tshisekedi a tranché avec beaucoup de sagesse et de courage. Quand le chef de l’Etat prend une telle option,  nous qui le soutenons, nous ne pouvons pas décemment nous opposer à ce qu’il a décidé ». Jean Berchmans Kongolo dénonce « les extrémistes et vendeurs d’illusions parmi nous qui veulent que le chef de l’Etat divorce d’avec le FCC et qui exigent qu’il se débarrasse même de son directeur de cabinet Vital Kamerhe. Nous à la Dynamique, nous sommes d’avis que là ne se trouve pas la solution. Quels que soient les problèmes qui ont pu nous opposer dans le passé, nous ne devons pas prêcher la vengeance et les règlements des comptes qui sont des antivaleurs et ne nous apporterons rien de bon », a-t-il expliqué, estimant qu’il y a lieu de trouver la juste mesure en limitant chacun dans ses prérogatives.

A propos des sauts-de-mouton

Concernant les sauts-de-mouton, le Coordonnateur de la DECP a émis le souhait que le gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui a hérité ces travaux lancés bien avant son avènement s’active avec un audit de leurs financements et de leurs réalisations. « Maintenant que le gouvernement légitime est en place, il appartient au ministre des infrastructures de prendre à bras le corps ses responsabilités », indique-t-il. « J’imagine que les historiques financiers et techniques détaillés de ces travaux qui ont été réalisés dans l’urgence au mois de mars 2019 existent à la présidence de la République qui en avait été le maître d’ouvrage. Ils doivent être récupérés maintenant par le ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Infrastructures mieux outillé à cet égard », a-t-il lâché.

La joie avec le champion Junior Makabu

Jean Berchmans Nkongolo a ensuite présenté le champion du monde de boxe anglaise, le Congolais Junior Makabu Ilunga qu’il avait associé avec son manager, à la cérémonie d’échange des vœux pour l’année nouvelle. « La RDC a défendu l’honneur de l’Afrique. Nous sommes numéro 1 mondial de la catégorie gold grâce à ce fils du pays qui a accepté de se sacrifier à cette fin. Nous sommes honorés à la DECP de le recevoir en tout premier lieu, après ce combat international que personne n’oubliera de si tôt». La champion du monde Junior Ilunga Makabu a déclaré à l’assistance que c’était pour lui aussi un grand honneur de se retrouver parmi les siens. Il a remercié à nouveau le président de la République Félix Tshisekedi pour lui avoir permis de réaliser un de ses vieux rêves dans son pays, la RDC. Sans oublier tous ceux qui l’ont soutenu, particulièrement le général Ilunga Luyoyo et tous les compatriotes qui étaient à ses côtés le jour du combat. « Je suis le champion de tout le monde. Cette victoire appartient à tout le peuple congolais », s’est-il écrié avant de faire observer que « Presque 22 ans passés, on n’a plus eu un champion du monde en Afrique. Il y a 46 ans un combat a été livré ici au Congo dont  les deux protagonistes étaient Américains. Aujourd’hui, c’est autre chose ». Auparavant, Nathalie Dembasuka avait, au nom de tous  les membres de la Dynamique, souhaité les meilleurs vœux pour 2020 à Jean Berchmans Kongolo avant rappeler les objectifs  poursuivis par la DECP, à savoir : le raffermissement des liens de fraternité et de solidarité entre les communautés de la RDC, la mobilisation et la conscientisation de la population et de la diaspora congolaise pour la participation de tous au développement du pays. Enumérant les différentes activités de la DECP, elle évoqué la sortie officielle à Sainte Anne en juin 2019, la marche de soutien à l’équipe de riposte contre la maladie à virus Ebola (MVE) avec remise d’un trophée au savant congolais Jean-Jacques Muyembe, la marche de soutien à la mesure de  gratuité de l’enseignement de base. « La voix de la DECP a été entendue au sujet des problèmes du pays. Nous continuerons à nous positionner comme d’ardents défenseurs de la cause du peuple congolais », a-t-elle indiqué. Ella a déploré la lenteur dans la réalisation de certains projets initiés dans le cadre  du programme des 100 jours du chef de l’Etat dans différents domaines, notamment en ce qui concerne les infrastructures.

J.N.

Hits: 61

Partagez cet article