DEPENSES PUBLIQUES : Présidence, des services dédoublés en sursis

221
La remise et reprise au Palais de la Nation, le 25 janvier

Coup de balai en perspective à la Présidence de la République, les commentaires vont en tous sens dans la ville…basse depuis la nomination de Vital Kamerhe comme Dircab du Président de la République, Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi.
Dans les milieux de la presse, groupuscules et officines papillonnent, parfois sur fonds de tribalisme, dans l’espoir d’arracher la direction du service de la communication de la présidence. Conséquence des convoitises et prétentions ? Ce service a déjà été divisé en deux, avec un service dit de Communication présidentielle et un autre dit de la Presse présidentielle.
Le budget 2019 alloué à l’institution Président de la République prévoit respectivement 532.794.207 FC, soit 304.837 USD et 817.542.529 FC, soit 467.755 USD pour ces deux services quasi-concurrents. Mais pour des raisons d’économie, le Président de la République, apprend-on, pourrait réunifier les deux services, avec pour effet immédiat, les suppressions des certains postes.
L’institution Président de la République compte, en effet, une vingtaine des services dont le budget de fonctionnement, exercice 2019, se chiffre officiellement à 57.556.332.925 FC, soit 32.930.731,75 USD au taux budgétaire de 1747,8 FC/l’USD. Mais selon les prévisions des dépenses du projet de loi des finances 2019, les crédits accordés au Président de la République dans le budget culminent à 134.707.131.513 FC, soit 77.072.395 USD.
C’est dans ce cadre qu’est logé le budget de fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Postes et des Télécommunications de la RDC, ARPTC, chiffré à 2.210.550.667 FC, soit 1.264.761,80 USD, ainsi que d’autres services auxiliaires. Même si, il sied de le rappeler, il a été recommandé, au terme des assises des Etats généraux des postes et des télécommunications qui se sont tenus en 2006 à Kinshasa, que l’ARPTC quitte la tutelle de la présidence pour le ministère des PT&NTIC. De même que l’Agence Congolaise de Grands Travaux, ACGT, aurait dû dépendre du ministère des Infrastructures et Travaux Publics.
Il y aussi deux autres services qui, à première vue, remplissent les mêmes missions. Il s’agit du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, dont le budget 2019 se chiffre à 757.983.988 FC, et le Mécanisme Régional de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, doté de 373.000.000 FC de budget.
Autre service à problème, le Comité de Suivi des Concertations Nationales tenues en … 2013, alors que le pays a connu nombre de forums nationaux du genre, dont le Dialogue de la Cité de l’UA, et celui du Centre interdiocésain de Kinshasa qui a accouché l’Accord de la Saint-Sylvestre ou du 31 décembre 2016. En clair, et selon toute logique, le Comité de Suivi des Concertations Nationales devrait être dissous. Même s’il a été crédité de 360.541.591 FC pour l’exercice 2019.
Outre le Bureau, le cabinet du Président de la République, la Présidence compte des services dont Le Maximum a pris connaissance du budget prévu pour 2019, notamment : l’Etat-major particulier du Président de la République (3.648.678.272 FC), le Comité National de Sécurité (4.754.045.902 FC), la Maison Civile du Président de la République (4.399.178.930 FC), les Cliniques de la Cité de l’Union Africaine (837.179.951 FC), le Service National (2.087.039.011 FC), le Comité National de Coordination de la lutte contre le Terrorisme International (1.740.776.056 FC), le Secrétariat Général (4.807.749.855 FC), le Bureau des Services du Personnel (2.544.823.941 FC), le service en charge de la Bonne Gouvernance, lutte contre la corruption, blanchiment des capitaux, etc., qui a à sa tête, un conseiller spécial en la personne du juriste Luzolo Bambi. Son budget 2019 se chiffre à 2.721.786.336 FC.
Selon nos sources, le ministre sortant de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, est plutôt en ballotage favorable pour le maintien à son poste. Contrairement à Jeannine Mabunda qui dirige le service présidentiel de la Lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants dans les forces armées, qui effectue son entrée à l’assemblée nationale. Le budget alloué à son service est de 2.414.622.081 FC.
Devraient également changer d’animateurs, le Bureau du Représentant personnel du Chef de l’Etat à la Francophonie (Budget: 388.048.400 FC), la Cellule de gestion des projets et des marchés publics (Budget : 98.251.326 FC), l’Inspection Générale des Finances (3.920.162.148 FC).
Par contre, il est probable que Bruno Kapandji Kalala, cet originaire de Kenge qui porte un patronyme luba, soit maintenu chargé de mission du du Projet Inga III en raison de son expertise avérée. Doté d’un budget de fonctionnement de 497.954.384 FC, le petit comité doit également gérer 1 milliards de FC, environ 572.150 USD.
POLD LEVI MAWEJA

Pas de commentaire