COURSE AU GOUVERNORAT DU SANKURU : Le ticket FCC Mende-Bekanga désormais seul en lice

177
Accueil délirant pour Lambert Mende à Lodja, le 22 septembre 2018

L’information est tombée tel un couperet jeudi 28 février 2019 en fin d’après-midi, mettant brutalement le holà à l’agitation politique qui s’observait depuis quelques semaines au Sankuru. A Lodja, la cour d’appel provinciale a rendu son arrêt en matière de contestation de candidature à l’élection de gouverneur de province, au détriment de Joseph Stéphane Mukumadi, un candidat indépendant résidant à Lille, qui revendiquait une sorte d’alternance au sommet de la jeune province. L’impétrant détenait déjà un passeport français lorsqu’il s’est fait attribuer un autre, rd congolais. L’arrêt de la cour l’a disqualifié et décrété des poursuites pénales à son encontre pour faux et usage de faux en raison des dispositions constitutionnelles et légales qui stipulent que la nationalité rd congolaise est une et exclusive.
Ainsi prend fin brutalement, près de deux semaines avant l’élection des gouverneur et vice-gouverneur de la province, la saga de la contestation de la candidature du ministre national de la communication et médias et porte-parole du gouvernement sortant, Lambert Mende Omalanga, à l’élection à la tête de la province du Sankuru.
Même si Lusambo-ville a dû payer un lourd tribut avec la mort par balle d’un jeune homme âgé de 19 ans et l’incendie des maisons d’habitation propriétés des proches de l’autorité morale de la CCU & alliés à Lusambo-Ville, le 12 février dernier. Trois agents de police ont été mis aux arrêts par la justice militaire à la suite des échauffourées qui ont mis aux prises partisans de Lambert Mende et ceux Mukumadi, au cours desquelles les policiers ont tiré à balles réels sur des inciviques qui lapidaient les participants à une marche organisée par les sympathisants du candidat de la CCU & alliés.
Dépêché par le président de la République pour s’enquérir de la situation, le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur sortant, Henri Mova Sakanyi, a formellement entendu toutes les parties concernées par les incidents du chef-lieu de la province du Sankuru. De retour à Kinshasa, il a convié les notables de la province à des concertations à la fois pour évaluer la situation et une solution à la tension qui a prévalu dans la petite ville riveraine. Les conclusions de ces rencontres étaient encore attendues lorsque le verdict de la cour d’appel de la province siégeant à Lodja est tombé.
Des sources du Maximum rapportent néanmoins qu’un rapport circonstancié du Maire PPRD de Lusambo établirait la responsabilité de Mukumadi. Le lillois aurait envoyé des fonds qui ont permis à ses sympathisants de financer les actes d’incivisme et d’intolérance à la base de la surchauffe du 12 février dernier.
J.N.

Pas de commentaire