A la une Politique

SIT IN DU BLOC PATRIOTIQUE A KINSHASA : Ngobila impose le respect de la loi

Il n’ y a pas eu de sit in devant le siège de la CENI ce 22 novembre 2021. Ainsi en a décidé depuis vendredi 19 novembre 2021, le gouverneur de la Ville de Kinshasa en réponse à la correspondance du CALCC et du MILAPRO annonçant une série de manifestations publiques sur toute l’étendue du territoire national.
Gentiny Ngobila a fondé son refus de prendre acte des activités programmées par le bloc des forces dites patriotiques sous le couvert des églises catholique et protestante par la non indication de l’itinéraire prévu de leur activité. On rappelle en outre à l’Hôtel de ville de Kinshasa que lors de la marche du 13 novembre dernier organisée sous le même label, un citoyen, militant de l’UDPS, avait été grièvement blessé des suites des brûlures lui infligées par des manifestants ‘‘pacifiques’’ qui tentaient de lui faire subir le supplice du collier. Souffrant de brûlures au 3ème degré, l’infortuné a été emmené au HJ Hospital de Limete où il est interné jusqu’à ce jour.
Le courrier du refus
Le courrier du gouverneur de la ville de Kinshasa rappelle également à ceux qui projettaient un Sit in le 22 novembre qu’il avait été convenu que toute demande de manifestation ultérieure soit signée ès qualité par les églises catholique et protestante qui jouissent de la personnalité juridique (question de responsabilité quant aux dommages et préjudices causés aux tiers) et non plus par des structures informelles comme CALCC ou MILAPRO.
Il est à prévoir dans ces conditions que les prestations prévues le 27 novembre recevront aussi la même fin de non-recevoir.
Le CALCC par la bouche de l’avocat iturien Jean-Bosco Lalo, ainsi que les organisations politiques qui composent à ce jour le bloc des forces sociales et politiques a refusé d’obtempérer, préférant engager un bras de fer avec les forces de police chargées de maintenir l’ordre public à Kinshasa. Sur Top Congo FM, dimanche 21 novembre, Lalo avait annoncé le maintien du sit in prévu devant le siège de la CENI, «parce que nous avons un message à délivrer». Un porte-parole de Lamuka aile Fayulu présenté comme membre de la Cour Pénale Internationale, s’est laissé aller à menacer le n° 1 de la ville de Kinshasa de pires représailles de cette Cour de justice internationale s’il entravait la manifestation. Le même jour, la Lucha, une organisation anarchiste active à Kinshasa et dans les provinces de l’Est rd congolais assurait dans un tweet que «Ni Ngobila ni personne d’autre ne va nous intimider. Rendez-vous ce lundi à 9 H OO au siège de la CENI à Kinshasa (gare centrale) et devant tous les sièges de la CENI en provinces».
Piètre mobilisation
Mais jusque 11 heures, devant le siège de la centrale électorale congolaise, boulevard du 30 juin, seuls quelques policiers débonnaires étaient visibles. Le général Sylvano Kasongo avait mis en exécution sa promesse faite la veille lui aussi d’appliquer à la lettre les instructions de l’Hôtel de Ville. «Il n’y aura pas de sit in devant le siège de la CENI ce lundi. La PNC prendra toutes les dispositions pour maintenir le calme», avait-il déclaré.
C’est ce qui a été fait : dès les premières heures du jour, lundi 22 novembre 2021 à Kinshasa, toutes les voies menant au siège de la CENI étaient bouclées ou entrecoupées de check-points où les passants étaient rigoureusement identifiés. C’est à peine si une dizaine de manifestants a pu gagner le boulevard à hauteur de l’immeuble ex-Sozacom. Ils se sont heurtés à la police qui les a fermement repoussés. Fin donc de l’épisode «sit in devant la CENI».
Certains manifestants ont été interpellés par la police, notamment le PPRD Dunia Kilanga ainsi que son compère député national Fidèle Likinda, «quelque peu malmené», selon des témoins.
Même les gaz lacrymogènes n’ont pas été utilisés. Les véhicules anti-incendie réquisitionnés pour la circonstance s’en sont retournés à leurs bases sans avoir arroser le moindre récalcitrant.
La mobilisation du bloc des forces patriotiques pour le sit in devant la CENI a, à cet égard, fait flop.
LE MAXIMUM

Vues : 36

Partagez cet article