Politique

SESSION BUDGETAIRE : Les enjeux de la rentrée parlementaire de septembre 2020

La 2ème session ordinaire du parlement pour 2020 s’ouvre ce mardi 15 septembre 2020 à Kinshasa, conformément à la constitution. Elle se tient après celle de mars caractérisée par l’état d’urgence sanitaire dû à la pandémie de Covid-19 qui a endeuillé le pays au cours de laquelle députés et sénateurs avaient siégié en effectifs réduits ou par visioconférence. La session de septembre sera surtout budgétaire mais les enjeux politiques n’en seront pas absents.
On pense notamment à l’élection d’un nouveau 1er vice-président de la chambre basse du parlement après l’éviction du député national Jean-Marc Kabund de ce strapontin et à l’examen des propositions de lois sur la réforme de la magistrature et de la Justice, initiées par les députés nationaux Aubin Minaku et Sakata ainsi que celle concernant la CENI introduite par le député national Christophe Lutundula. Des sources proches de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale indiquent que ces textes dont certains avaient déjà été discutés au niveau de la commission politique, administrative, juridique et bonne gouvernance pourront être soumis à la plénière si les violons se sont accordés pendant les vacances parlementaires à leur sujet.
Les vacances parlementaires ont été un moment privilégié pour les élus d’entrer en contact avec leurs bases à travers le pays.
Il convient de rappeler que la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI par les confessions religieuses entérinée par l’Assemblée nationale avait été à la base d’une vive controverse.
UDPS : la page Kabund tournée
«En accord avec l’autorité morale du parti, la présidence de l’UDPS/Tshisekedi a opté de présenter la candidature de l’honorable Patricia Nseya Mulela à la 1ère vice-présidence du bureau de l’Assemblée nationale. Il n’existe à ce jour aucun fait nouveau susceptible d’entraîner un quelconque changement d’option», lit-on dans un communiqué signé par Simon Adrien Kalenga, porte-parole a.i du parti à la suite d’une rencontre des instances de ce parti.
Au sujet du retour annoncé de Kabund au perchoir, ce communiqué renseigne qu’«il y a lieu de couper court aux rumeurs des affabulateurs qui rêvent de convaincre l’Honorable Jean Marc Kabund-a-kabund à faire un come-back». Le président intérimaire de l’UDPS Jean-Marc Kabund semble ainsi s’être incliné à la décision prise par Félix Tshisekedi désignant Mme Nseya comme candidate au poste de 1ère vice-présidente de l’Assemblée nationale.
Il avait été destitué le 25 mai 2020 suite à une motion de défiance de ses collègues.
A.M

Hits: 24

Partagez cet article