Société

SECURITE ROUTIERE CELESTIN KANYAMA : «L’incivisme routier bientôt fini à Kinshasa»

L’entêtement des chauffeurs et leur fuite au moment des interpellations par des agents qualifiés, appartiendront bientôt au passé. C’est ce qu’a déclaré, lundi 19 octobre 2015, le commissaire provincial de la police/ville de Kinshasa, le général Célestin Kanyama, au cours d’une parade de la police à l’Etat-major de ce corps Kin-Ouest sur le  boulevard du 30 Juin dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

A cette occasion, Célestin Kanyama a présenté le matériel acquis pour contraindre les chauffeurs récidivistes à s’amender : des chevaux de frise et des herses capables de dégonfler les pneus de véhicules.

Une campagne de sensibilisation et un programme de recyclage, précéderont la mise en œuvre des mesures répressives contre les véhicules qui roulent impunément sur les dalles en béton qui bordent le boulevard du 30 juin. Les automobilistes qui roulent sur les bordures des deux côtés du boulevard enfreignent volontairement le code de la route et désobéissent sans gêne aux injonctions des agents qualifiés.

«Ces chauffards qui s’érigent en véritables dangers publics se comptent par milliers ; ils s’érigent en véritables dangers sur les voies publiques. Parmi eux, il en a qui disposent de vrais faux permis de conduire obtenus sans passer par une auto-école attitrée, ni par un examen théorique sur le Code de la route, moins encore sur la pratique sur les réflexes d’un bon conducteur», s’est-il plaint.

Par ailleurs, le général Kanyama n’a pas ménagé les piétons. Il a fustigé le mauvais comportement de certains usagers de la route, notamment les piétons qui traversent les chaussées sans tenir compte de la fluidité du trafic routier, ni de la priorité d’autres usagers. Ils font, eux aussi, fi de la régulation de la circulation routière par les agents qualifiés. Ce genre de comportement, a-t-il fait observer, provoque nombre d’accidents dont ils sont souvent victimes alors qu’au finish, c’est le véhicule qui est détruit avec une violence sans précédent.

Le Général Kanyama n’a pas loupé, le 19 octobre dernier, les agents de la circulation routière. Il a déploré l’attitude agressive et le comportement tracassier de certains éléments de la Police de circulation routière. «Des scènes révoltantes comme arracher le volant aux chauffeurs ; démonter les plaques des minibus de transport en commun en marche, se bagarrer avec les conducteurs ou donner des coups de matraque sur des véhicules ou casser les feux clignotants sont à bannir», a-t-il dit.

Le général Kanyama estime que des policiers qui se comptent de la sorte, ternissent l’image du pays ainsi que de ses dirigeants. Pour lui, «des cas de tracasseries policières n’honorent pas le travail important qu’ils réalisent pour décongestionner les bouchons et dégager les embouteillages».

«L’heure de la sanction a sonné», semble donc avoir sonné. Logique envers lui-même, le général Kanyama a promis de distribuer aussi bien des sanctions positives que négatives. C’est dans ce cadre qu’il a récompensé un élément de la PCR qui s’est distingué par son comportement exemplaire dans l’accomplissement de sa tâche.

Ce policier épris de bons sens a reçu, à titre de cadeau, un poste téléviseur avec écran plasma. Par contre, un autre élément de la PCR accusé de s’être disputé le volant d’un véhicule, désobéissant aux injonctions de l’agent qualifié, a été sanctionné. «La scène a été filmée à partir d’un téléphone portable», a laissé entendre un autre policier. En guise de sanction, il a été écarté des rangs de la PCR.

Mika Lusamba

 

Hits: 838

Partagez cet article

Comments are closed.