Politique

SANKURU : A Lodja, Berthold Olongo prend le taureau par les cornes : « Aucune case brûlée, aucune goutte de sang versée »

Le commissaire spécial de la province du Sankuru, le Professeur Berthold Olongo, a effectué sa toute première visite à Lodja, le territoire le plus important de la toute nouvelle entité administrative. Occasion pour le premier citoyen de la province, natif de Lodja, d’annoncer les couleurs de son action à la tête du Sankuru. Lundi 28 décembre 2015, Lodja, chef-lieu du territoire du même nom, s’est parée de sa plus belle pour accueillir le fils du terroir. Et l’aduler.
Dans son premier speech en qualité de premier citoyen de la nouvelle province du Sankuru, prononcé devant une foule immense au stade Lumumba de Lodja, le Professeur Olongo s’est voulu rassurant. Caressant dans le sens du poil une fierté partagée dans la contrée, il a rappelé à l’assistance ce qu’elle savait et fêtait en son for intérieur : un fils du terroir à la tête de la province, cela ne s’était plus vu il y a longtemps. Un motif suffisant, à l’en croire, pour se mettre derechef au travail : « il faut désenclaver la province avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Bientôt, un cyber café permettra aux étudiants et chercheurs de surfer 24/24 heures sur internet. Il faut aussi refaire de la province du Sankuru le grenier national comme par le passé. Plusieurs houes et machettes vont arriver pour que les huileries du Sankuru produisent de l’huile, nous allons cultiver le café à Lodja, l’hévéa à Lomela », a engagé Berthold Olongo. Avant d’ajouter que « ceux qui me connaissent savent que j’ai joué dans ce stade. Je vais m’impliquer pour que le sport et les activités sportives aillent de l’avant mais dans le respect et la discipline ».
Au chapitre des emplois, Olongo a déclaré qu’il était difficile de mettre tout le monde au travail en même temps. Toutefois, avec l’amour mutuel et la paix, les investisseurs peuvent revenir et implanter des entreprises dans la province du Sankuru.
Un autre cheval de bataille du commissaire spécial du Sankuru : le tribalisme. « Je veux plus entendre parler de ces deux noms », a-t-il clamé. Allusion faite au jargon discriminatoire qui distingue et oppose les originaires de la forêt de ceux de la savane, pourtant tous fils du Sankuru.
Berthold Olongo a aussi donné des assurances politiques : « Je serai juste et je ne serai pas le gouverneur de la CCU, même si chacun a un drapeau idéologique planté dans son cœur».
Faisant d’une pierre deux, coup, Berthold Olongo a demandé à la foule venue nombreuse l’accueillir de réserver un accueil plus que fraternel au Ministre Mende qui pourrait arriver dans la terre de ses ancêtres le mercredi et le jeudi prochains.
Attendu vers 10 heures locales, soit une heure de plus à Kinshasa, le commissaire spécial a atterri vers 15heures26. De l’aérogare de Lodja au stade Lumumba où des milliers de personnes l’attendaient, le cortège a mis deux heures pour parcourir une distance de plus ou moins 5km. On peut dire qu’Olongo a mis tout Lodja dans sa poche.
Vers 18heures, le discours a laissé place à la fête.
WEMBONYAMA PENDE

Vues : 1459

Partagez cet article

Comments are closed.