Politique

RAMGATE : «Nous attendons les réponses du gouvernement» (Mboso Nkodia)

Après l’intervention du ministre des PT-NTIC, Kibassa Maliba sur les
préoccupations des députés concernant la taxe RAM et après la conclusion du député auteur de la question orale avec débat, le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mbosso Nkodia, a déclaré clos le dossier RAM en attendant les réponses du gouvernement. «Ce dossier est terminé au niveau de l’Assemblée nationale. Le ministre peut prendre congé de la plénière. Nous attendons les réponses du gouvernement auquel nous demandons avec insistance de tirer des enseignements utiles en vue d’une réponse appropriée aux attentes de la population», a déclaré Mboso du haut du perchoir.
Réagissant aux réponses du ministre Kibassa, le député Misare, auteur de la question, avait auparavant insisté sur la nécessité de constituer une commission d’enquête parlementaire pour une étude approfondie du dossier car d’après lui, le ministre Kibassa n’a pas été convainquant. «Une vendeuse de tomates à Kintambo m’a posé la question de savoir quelle différence il y avait entre la taxe RAM et le phénomène Kuluna, ou les rebelles ADF. Ne pas supprimer RAM, c’est refuser la volonté du peuple», a conclu Misare.
Dans sa réaction aux préoccupations des députés nationaux, le ministre des PT-NTIC a rassuré quant à l’implication du gouvernement pour des solutions idoines dans les prochains jours. «J’ai été personnellement interpellé par la pertinence des interventions des honorables députés. C’est pourquoi en vertu du parallélisme des compétences, je me suis fait le devoir de saisir officiellement le gouvernement compte tenu de ce que la question de la mise en oeuvre du RAM a été discutée et décidée en conseil des ministres. Soyez rassurés que le gouvernement mettra tout en œuvre pour apporter des solutions idoines aux cris de détresse des compatriotes exprimés à travers vous leurs représentants légitimes», a-t-il déclaré.
Plusieurs mouvements associatifs constitués en majorité de jeunes avaient envahi mercredi 13 octobre le palais du peuple dans la commune de Lingwala à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.
Ils étaient venus soutenir le ministre des PT-NTIC et le Registre des Appareils Mobiles (RAM). «Nous sommes révoltés contre l’interpellation du ministre Kibassa Maliba concernant le RAM. Tous les étudiants de la République soutiennent le RAM car grâce à lui nous avons déjà le wifi gratuit. C’est la raison de notre mobilisation spontanée à ce jour», a témoigné un porte-parole des manifestants avant d’ajouter que «supprimer RAM. C’est chercher à soulever inutilement tous les étudiants du pays».
Le ministre des PT-NTIC avait en effet affirmé qu’une partie des 25 millions USD collectés par la taxe RAM avait permis au gouvernement de faire bénéficier à certaines universités d’une connexion wifi gratuite.
Par ailleurs, selon Augustin Kibassa, plus de 500 téléphones volés ont pu être retrouvés grâce aux moyens de recherche mis en oeuvre sur financement de la taxe RAM.
Le Maximum

Vues : 68

Partagez cet article