Politique

PROTOCOLE DES SOINS DE LA MALADIE A CORONAVIRUS : Rétropédalage de l’OMS sur la Chloroquine

L’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé dernièrement la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine comme traitement potentiel contre la Covid-19, après une décision en sens contraire largement reprise par les médias internationaux. Presque un désaveu pour les auteurs français de l’étude publiée le 22 mai par la revue Lancet et une victoire pour le professeur marseillais Didier Raoult infectiologue et spécialiste de microbiologie.
Le patron de l’OMS a expliqué qu’une évaluation a, depuis lors, été menée pour analyser les données des essais cliniques. Sur la base des résultats enregistrés concernant notamment le taux de mortalité y relatif, l’agence onusienne a conclu qu’il n’y avait «aucune raison de modifier le protocole de l’essai ».
On rappelle à cet égard que l’OMS avait annoncé la semaine dernière la suspension de l’administration d’hydroxychloroquine en raison des «inquiétudes quant à la sécurité du médicament », suite à la publication d’une étude parue dans la revue médicale The Lancet. Celle-ci jugeait inefficace, voire dangereux, le recours à la chloroquine et à l’hydroxychloroquine pour lutter contre la Covid-19.
The Lancet a depuis nuancé ses propres conclusions au sujet de son étude sur la chloroquine. A ce jour, plus de 3.500 patients dans 35 pays ont participé à l’étude Solidarité, un essai clinique international lancé par l’OMS dans le but de trouver un traitement efficace au Covid-19.
Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a également annoncé que le continent américain continuait à représenter le plus grand nombre de cas. «Nous sommes particulièrement inquiets pour l’Amérique centrale et du Sud, où de nombreux pays assistent à une accélération des épidémies», rapporte l’agence Xinhua. En revanche, l’Europe a connu son plus faible nombre de cas signalés depuis le 22 mars. Au total, plus de 100.000 cas de Covid-19 ont été signalés chaque jour à l’OMS ces cinq derniers jours.
C’est le 25 mai que l’autorité sanitaire mondiale avait annoncé la suspension des essais portant sur l’hydroxychloroquine suite à la publication de l’étude de The Lancet jugeant inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés. Cette suspension des essais devait permettre à l’OMS d’analyser les informations disponibles, et une décision était attendue à la mi-juin. Elle a publié ses conclusions plus tôt que prévu.
«Nous sommes maintenant assez confiants quant au fait de ne pas avoir constaté de différences dans la mortalité», a déclaré mercredi Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’OMS, au cours d’une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l’organisation à Genève. Après analyse des «données disponibles sur la mortalité», les membres du Comité de sécurité et de suivi ont estimé « qu’il n’y a aucune raison de modifier le protocole » des essais cliniques selon le patron de l’OMS au cours d’une conférence de presse virtuelle.
Le Groupe exécutif de l’essai Solidarité, qui représente les pays participants, «a reçu cette recommandation et approuvé la poursuite de toutes les dimensions des essais, y compris sur l’hydroxychloroquine. Il communiquera avec les principaux chercheurs en charge de l’essai au sujet de la reprise de dimension hydroxychloroquine de l’essai», a-t-il précisé.
OH

Hits: 46

Partagez cet article