Sport

PRETENDANT AU TITRE SPONSORISE PAR RAW BANK : New Gen provoque des incidents au SM

En ce moment où les sponsors rechignent à apporter leur soutien au sport, et que du côté de la Fédération de basket-ball du Congo (FEBACO), les dirigeants se battent pour trouver des partenaires capables de l’accompagner dans le développement du basket-ball, il se trouve des personnes ou des organisations qui, intentionnellement ou pas, s’emploient à saborder ces démarches en posant des actes contraires à l’éthique sportive. Des attitudes nuisibles à la réputation de la discipline sportive concernée et de ses dirigeants.
C’est le cas du BC New Gen, dont les athlètes se sont illustrés par des voies de fait caractérisées au stade des Martyrs, jeudi 13 juin 2019, après le match qu’ils ont pourtant remporté sur le DCMP dans le cadre du play off de la Ligue provinciale de basket-ball de Kinshasa (LIPROBAKIN).
Le comble, c’est que l’« expédition punitive » dans laquelle se sont lancés les joueurs de New Gen, en tenue sportive, aurait eu comme commanditaire un des entraîneurs nationaux congolais de basket-ball les mieux côtés, par ailleurs, coach principal du BC New Gen, en l’occurrence Charly Buzangu Kashala.
Conséquence de ces échauffourées, des téléphones portables emportés ainsi que des dégâts maté- riels légers enregistrés. D’où la décision des responsables du complexe omnisports des Martyrs d’interdire (momentanément ( ?) toute activité de basket-ball au stadium Mabusa Eseka de Kinshasa. En attendant l’aboutissement de l’enquête diligentée à cet effet ainsi que le paiement d’éventuelles pénalités.
La LIPROBAKIN est ainsi placée dans une posture malaisée quant à la poursuite et à l’épilogue de son championnat. C’est ce qui explique la présence régulière, ces derniers jours, du président Trésor Nganga Nkaba, pour tenter de trouver une solution à ce contentieux entre le stade des Martyrs et la LIPROBAKIN, afin de permettre la poursuite du championnat.
D’aucuns estiment que les responsabilités doivent être établies et que ceux qui sont à la base de ces incidents soient sévèrement sanctionnés. C’est le seul moyen efficace de dissuader les fauteurs de troubles dans le milieu du basket-ball de venir y semer le chaos à sa guise.
Rappelons qu’en moins d’une année, c’est le deuxième incident grave enregistré dans les milieux kinois du basket-ball, après ceux du 26 octobre 2018 au siège du Comité Olympique Congolais (COC), où des malfrats aux ordres de l’un des candidats malheureux à l’élection au poste de président de la FEBACO avaient tout saccagé pour protester contre la réélection de Boni Mwawatadi Banjila Shibondo.
HERMAN MALUTAMA

Hits: 86

Partagez cet article