Culture

PORTAIT D’UN CHANTEUR OUBLIE : Checain Lola Djangi

Des plus jeunes aux plus âgés, plusieurs musiciens congolais nous ont quittés avant l’heure, nous laissant en héritage des chansons qui ont fait partie leur vie et de la nôtre. L’excellent Lola Djangi Checain, parti trop tôt, le 10 août 1992 à l’âge de 50 ans, compte parmi ces chanteurs de talent qui ont fait la pluie et le beau temps au sein du TP OK Jazz de Grand Maître Luambo Franco.
Force est de constater cependant, que depuis sa mort, il y a de cela 17 ans, le nom de Checain, pourtant célèbre pour ses qualités innées de chanteur-auteur-compositeur, semble ajeté dans les oubliettes de l’histoire. Une cote au top Chanteur-auteur-compositeur de grande renommée, Checain Lola devait cette qualité, non seulement à son talent inné, mais aussi, de par sa beauté physique qui lui ont valu d’être apprécie autant sur scène que sur le plan amoureux. Pour l’immense majorité de ces congénères, c’était un réel plaisir de travailler avec lui. Ses plus belles chansons, à l’instar de Jerry Checain, occupation eleki (Surprise RockA-Mambo), Nganda macampagne, libala ya bana na bana, Toboyana kaka, Meka okangama, Po na nini kaka ngai … (OK Jazz) ont su résister à l’usure du temps et résonnent encore dans la mémoire collective congolaise.
En savoir plus sur l’artiste

En concert aux côtés de Wuta Mayi

Né à Kinshasa le 18 août 1942, Checain Lola, de son vrai nom Camille Lola Djangi, était issu d’une famille de musiciens. Il était le frère cadet du célébrissime guitariste et chanteur Fariala, alias Franck Lassan et de l’ancien guitariste du Festival Maquisards, Johnny Bokosa.
En 1961, il se lance dans la chanson sous le pseudonyme de « Checain ». Il fait ses débuts dans l’orchestre “Capable Jazz” du guitariste François Boyimbo Gobi, aux côtés des musiciens d’expérience comme les guitaristes Bikunda et Pierre Bazeta, alias De France.
En 1962, Checain quitte le groupe qui l’a fait connaître pour l’orchestre Los Canta du guitariste Linjongo Danila, avec son frère Johnny Bokosa à la guitare basse.
Entre 1963 et 1966, chanteur kinois en vogue, Checain réussit avec brio à améliorer sa ligne de mire sans se détourner de son style. Il aura contribué tour à tour à l’évolution des ensembles musicaux comme Surprise Rock-A-Mambo ou la nouvelle alliance Lando Rossignol et Henri Bowane pour l’exhumation de l’orchestre RockA-Mambo nouvelle formule ; Conga Succès et Co-Bantou des Frères Paul Ebengo “De Wayon” et Johnny Bokelo. Il joue à fond son personnage de chanteur à la voix de soprano et de compositeur avisé.
En 1967 et par l’entremise de Lutumba Simaro, Checain intègre par la grande porte l’orchestre OK Jazz. Tout de suite, il gagne une place de choix au sein du groupe en formant avec Youlou Mabiala puis Sam Mangwana, deux duos éblouissants. C’est le début d’une carrière rayonnante qui durera 22 ans (1967-1989) sous la houlette de Luambo Makiadi Franco dont la mort le 12 octobre 1989 porte un coup fatal à la carrière de Checain. Il va connaître alors, plusieurs mois d’inactivité.
Le 10 août 1992, soit trois ans après la disparition de Franco (12 octobre 1989), Checain quitte ce monde après une longue maladie. Lola Djangi comptait parmi les meilleurs chanteurs kinois. Il a aussi atteint un niveau très appréciable d’auteur-compositeur, particulièrement dans l’OK Jazz.
ZENGA NTU

Hits: 24

Partagez cet article