A la une Economie

MOBILISATION DE RECETTES L’Etat congolais veut contracter 10 millions USD de dette intérieure

En raison de la faiblesse dans la mobilisation des recettes publiques, le gouvernement a lancé en octobre 2019 les Bons du Trésor pour diversifier ses sources de financement afin de faire face à des dépenses publiques toujours élevées. Les souscripteurs sont appelés à concourir jusqu’à 11 heures ce mardi pour présenter leurs soumissions à la Banque centrale du Congo (BCC), selon un communiqué du ministère des Finances qui annonce une adjudication des Bons du Trésor de trois mois d’échéance d’une valeur de 20 milliards FC, soit 10 millions USD.
L’Etat congolais prévoit de lever 90 milliards FC au cours du mois de juillet en cours, alors qu’il a déjà été levé durant les trois premières semaines 45,5 milliards FC (22,5 millions USD).
Alors qu’il intervenait en conseil des ministres le 24 juillet dernier, le ministre du Budget Jean-Baudouin Mayo, faisant part des conclusions de la commission Economie et Finances, a expliqué que la faible mobilisation des recettes publiques et due aux facteurs internes et externes face auxquels sont confrontées les régies financières (DGDA, DGI et DGRAD).
En effet, hormis les effets de la Covid-19, la RDC est dans un état d’exiguïté de mobilisation des recettes publiques par rapport aux dépenses courantes du pays. Aussi, le gouvernement a décidé d’inscrire le point concernant l’exécution des mesures proposées pour accroître la mobilisation des recettes.
A noter qu’à fin juin 2020, les états de suivi budgétaire font état d’un niveau global de dépenses évaluées à 3.350.608.435.571 FC (1,718 milliard USD) contre les prévisions linéaires de 8.612.624.023.644 FC (4,416 milliards USD) au premier semestre 2020, soit un taux d’exécution de seulement 38,9% ou déficit de 2,698 milliards USD.
Plus spécifiquement, en ressources internes, les dépenses publiques du gouvernement se sont élevées à 3.156.764.192.824 FC contre les prévisions linéaires de 7.923.385.994 FC, soit un taux de réalisation de 42,5%, au 30 juin 2020.
Cette faible mobilisation se constate même chez les partenaires extérieurs de la RDC qui ont contribué au budget national à hauteur de 193.844.242.824 FC (99,407 millions USD) au taux de 1950 FC le dollar américain sur des prévisions linéaires de 1.176.700.637.650 FC (603,436 millions USD), soit un taux d’exécution d’à peine 16,5%, à fin juin 2020.
1 milliard USD de la Banque Mondiale à la RDC
C’est dans ce contexte que la Banque mondiale a décaissé 1 milliard USD destinée à appuyer les secteurs de la santé et de l’éducation. L’annonce de cette nouvelle faite par le ministère des Finances intervient au lendemain de la ratification par le Sénat et l’Assemblée nationale des accords de crédits en rapport avec ce financement dont l’acte a été signé le 24 juin 2020 par le gouvernement, représenté par le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, et le directeur des opérations de la Banque Mondiale en RDC, Jean-Christophe Carret.
Ce financement va consolider les interventions de la Banque Mondiale en RDC en accroissant davantage son portefeuille avec l’approbation de deux nouveaux projets : Projet d’urgence pour l’Equité et le Renforcement du Système Éducatif (PERSE) et Projet de Développement du Système de Santé pour améliorer les résultats de la santé maternelle et infantile (PDSS).
Le milliard USD de la BM, constitué de don et de crédit, est destiné à la lutte contre la Covid-19 et l’épidémie d’Ebola qui a fait résurgence dans la ville de Mbandaka et à l’amélioration de l’accès aux soins de santé aux femmes et aux enfants grâce à un enveloppe de 200 millions USD qui a été allouée au ministère de la Santé comme nouvel approvisionnement, à en croire le ministre de la Santé, Eteni Longondo.
L’accord convenu avec la Banque mondiale prévoit la couverture par ce financement de 10 grandes provinces sur les 26 que compte la RDC.
JM

Hits: 52

Partagez cet article