A la une Politique

INSOLITE : Des Congolais demandent à … la France une transition de 3 ans !

Dans un mémorandum adressé le 27 janvier 2020 au président français, Emmanuel Macron, Valentin Mubake (l’UDPS /Le Peuple), Florentin Mokonda Bonza (CDC), Jean Mabaya Gizi (ACC) et Alain Daniel Shekomba (Mission Nouvelle), ont sollicité l’organisation d’une Conférence Internationale sur la RDC en proposant que la mise en oeuvre des solutions qui en émaneront soit confiée à «des autorités provisoires  congolaises pour une transition politique de trois ans ». Les quatre acteurs politiques congolais sollicitent  pour ce faire le parrainage de la France et la convocation de ladite conférence en vue de «mettre fin à l’agression, l’occupation, l’exploitation illégale de ses ressources naturelles et au génocide du peuple congolais afin de déboucher sur une paix durable et sincère entre la RDC et ses voisins de l’Afrique Centrale». Ils affirment que c’est en leurs qualités de citoyens congolais, qu’il leur semble légitime de requérir  ce parrainage. Les 4 leaders politiques congolais estiment que «la France ne peut pas se résigner à assister à l’agression et à l’occupation avérées de la RDC par certaines puissances occidentales et multinationales qui pillent ses ressources naturelles». Pour ces acteurs politiques congolais, la France étant un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations-Unies, elle est «bien placée face à ses interêts dans la sous-région, pour porter sur ses épaules ce dossier au niveau des Nations-Unies, de l’Union Européenne et de l’Union Africaine». L’ordre du jour qu’ils proposent de ladite  Conférence comprendrait la condamnation du pillage des ressources du sol et du sous-sol congolais et la fixation des mécanismes de contrôle et de réparation pour son éradication ; l’organisation des élections réellement libres et démocratiques reflétant le choix du peuple congolais. Pas un mot, ni sur les institutions congolaises qui ont effectivement pris en charge les aspects politiques et diplomatiques de ces problèmes, ni sur les FARDC qui alignent victoire sur victoire contre les  agresseurs auxquels ils font allusion.

  1. N.

Vues : 73

Partagez cet article