Economie

FINANCES PUBLIQUES : Des réformes pour augmenter les recettes publiques à 13% de PIB

Le ministre des finances Nicolas Kazadi a procédé mardi 16 novembre à Kinshasa à l’ouverture de l’atelier d’actualisation du plan stratégique de la réforme des finances publiques. D’après l’argentier national, cette activité intervient pour adapter les réformes des finances publiques au nouveau cadre programmatique des priorités nationales de développement dénommé Plan National Stratégique de Développement (PNSD).
Au cours de cette activité, le Ministre des finances a fait l’état des lieux des progrès réalisés par la RDC et les défis à relever. «Nous sommes en train d’approcher le 10% de PIB en terme des recettes publiques donc y a un léger progrès par rapport à l’année dernière, avec comme objectif d’arriver au minimum à 13% avant la fin du programme avec le FMI, mais ça reste toujours faible compte tenu des défis», a-t-il souligné.
Et d’ajouter, «nous avons cette particularité, c’est que les recettes publiques ramenées au PIB sont faibles, extrêmement faibles comparés aux pays du continent. Mais nous avons des recettes parafiscales qui sont très élevées et la question c’est de savoir quelle est l’utilité de cette parafiscalité sur le plan économique, comment elle fait progresser le pays et ensuite quel est le lien entre cette parafiscalité très lourde et le climat des affaires».
Que faire pour améliorer davantage le niveau des recettes publiques ? «Nous avons un autre défis qui devrait, je l’espère être pris en compte dans le travail que nous devons faire ensemble pour la réforme des finances publiques, c’est de faire en sorte que nous puissions réduire la part de cette parafiscalité et l’intégrer dans la fiscalité de manière à libérer l’économie. Tout simplement, parce que cette parafiscalité, elle  grève de la compétitivité de l’économie dans plusieurs secteurs, elle est censée être faite pour la plupart en échanges des services mais ce n’est pas toujours évident ni vérifié, et donc l’un des résultats des réformes qui vont démarrer, c’est de faire en sorte que toute cette parafiscalité, tous ces services qui relèvent des comptes spéciaux, des budgets annexes, puissent être clarifiés et optimisés et qu’il ne reste que l’essentiel du champ du Trésor, soit celui qui capte l’essentiel de la fiscalité», a précisé l’argentier Nationale.
Le plan stratégique en cours d’actualisation devra prendre en compte ces réformes pour relever les défis. A cette occasion, après l’ouverture de cet atelier de présentation du nouveau Plan Stratégique des Réformes des Finances Publiques, le Ministre des finances a procédé à la signature, avec les Partenaires Techniques et Financiers, d’un nouveau protocole d’accord instituant le Cadre Permanent de Concertation et de Suivi de réformes des Finances Publiques, en guise d’actualisation de celui de 2012.
AVEC AGENCES

Vues : 23

Partagez cet article