Sport

FEBACO : De nouveau, le parcours du combattant

De nouveau le chemin de croix
Bientôt la Fédération de basket-ball du Congo (FEBACO) larguera de nouveau quelques clubs à la conquête du titre africain en Coupe d’Afrique des Clubs Champions (CACC) et, un peu plus tard, la sélection nationale pour la 2ème Fenêtre des éliminatoires qualificatives à la phase finale de l’Afrobasket 2021. Mais, tant pour les clubs engagés en CACC que pour les Léopards à l’Afrobasket, des problèmes subsistent en rapport avec les engagements pris par le gouvernement de la RDC pour une participation effective et efficiente de ces formations aux compétitions sus évoquées. A ces sujets et comme chaque année, le Bureau exécutif fédéral (BEF) de la FEBACO, sous la houlette de son président, le Sénateur Boni Mwawatadi Banjila Shibondo, est obligée de remuer ciel et terre pour réunir les moyens nécessaires à la présence des formations congolaises aux lieux des compétitions. Un regard dans le rétroviseur renseigne que pour la seule année 2020, les Léopards U 18 dans les deux versions n’ont pas pris part à la phase finale de leur catégorie, pourtant à leur portée, à cause des problèmes administratif et financier. Compétition qui s’est déroulée au Caire (Egypte) et pour laquelle la RDC avait pris son inscription.
Alors qu’il a toujours suffi d’un simple coup de fil pour que pareil désagrément ne puissent se produire dans certaines fédérations sportives nationales contre-performantes bien identifiées, la FEBACO, elle, a constamment éprouvé d’énormes difficultés pour faire aboutir ses dossiers au niveau de l’Exécutif national, en rapport avec la participation de ses équipes nationales et ses clubs dans les compétitions internationales. A bien voir les choses, aujourd’hui, comme tout dernièrement, le gouvernement de la République risque de renier ses engagements en abandonnant clubs et sélection nationale dans la rue, faisant de la RDC la risée de tout le continent. Après des dures et éprouvantes séances d’entraînement, ces jeunes ne pourront peut-être plus voyager faute d’avoir obtenu des passeports et les frais de mission y afférents ; alors que le basket-ball tout comme toutes les autres disciplines sportives pratiqués en RDC émargent au budget de l’Etat. Par ailleurs, alors que des sources crédibles ont confirmé un dépassement budgétaire de l’ordre de 700 % au ministère des Sports et Loisirs, sur place, on a déclaré pince-sans-rire n’avoir pas été en mesure de satisfaire les U 18 congolais de basket-ball. Sans blague ! Mais quelle est la destination prise par ces fonds, alors que les ayant-droits (le mouvement sportif) en avaient besoin ? L’histoire se répète donc. On rappelle que les Léopards séniors féminins, pourtant qualifiées pour le tournoi préolympique du mois de novembre 2019 à Maputo, capitale du Mozambique, avaient connu la même mésaventure. Pourtant la RDC avait confirmé sa participation quelques mois auparavant. Malheureusement le gouvernement avait mis le dossier y afférent au rancart faute de moyens financiers, a-t-on soutenu. Conséquence, comme pour le voyage raté des U 18 en Egypte, des pénalités infligées à la RDC par la FIBA-Afrique. Des cas comme tant d’autres qui illustrent, selon certains analystes, le torpillage dont serait victime la FEBACO que l’on tenterait de marginaliser par des manipulations sournoises et insidieuses. Apparemment on est rentré à la case de départ. Aujourd’hui avec l’installation du gouvernement, émanation du pouvoir issu des urnes au mois de décembre 2018, on a cru à un véritable changement au sport. Mais on se rend à l’évidence que nombre de disciplines sportives, parmi lesquelles le basket-ball, sont rentrées à la situation d’avant les injonctions de Joseph Kabila au gouvernement Matata. Conséquence, comme il y a de cela quelques années, seuls le football et le handball continuent à être prioritairement et particulièrement servis. Les Léopards masculins champions d’Afrique, par exemple, doivent pratiquement se prosterner pour bénéficier des cadeaux pourtant promis par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo il y a presque deux ans. Alors qu’en trois jours, son prédécesseur avait concrétisé pareille promesse au bénéfice des Léopards football après leur succès au CHAN. On se rappellera que c’est le basket-ball qui avait essuyé les larmes des Congolais qui avaient beaucoup pleuré après l’élimination des Léopards-football en 1/8 de finale de la CAN-Egypte 2019. Une campagne onéreuse qui avait débouché sur le fiasco vécu. Aujourd’hui encore, le doute est réapparu avec ces piètres résultats acquis aux éliminatoires de la CAN- Cameroun. Des millions de dollars américains distribués à des joueurs incapables de redonner le sourire aux Congolais, exception faite de leur qualification in extremis au détriment des Palancas Negra de l’Angola lors des éliminatoires pour la CAN-Cameroun 2021.
Livré depuis des lustres à des irresponsables sans foi ni loi, le ministère des Sports et Loisirs demeure au centre des préoccupations au sein du mouvement sportif congolais truffé d’individus dénués de scrupule, qui se sont toujours illustrés par des détournements des deniers publics mis à la disposition des sportifs par le Trésor public. Il est donc impératif de mettre un terme à cette gabegie qui met en mal les finances de l’Etat au Sport. Une gabegie systématique par laquelle le Trésor public est saigné à blanc par ceux qui ont toujours bafoué l’autorité de l’Etat, précarisée par des violations intentionnelles des principes budgétaires.
D’où l’appel lancé aux sportifs à participer résolument à la réformation de leur mouvement, afin de se donner des moyens légaux de décider de l’avenir du sport congolais et de participer à sa gouvernance, plutôt que de servir éternellement de marchepied à certaines personnes qui, pour la plupart, n’ont rien à proposer, mais plutôt des comptes à rendre. Le Sport congolais qui n’a pas vocation à sombrer mais à émerger, et les problèmes qui le minent étant bien cernés, ils doivent trouver des réponses appropriées.
On torpille la FEBACO alors que depuis un certain temps, cette fédération est de nouveau crédible et plus en plus performante sur le plan continental. La preuve, à chacune de leurs sorties en dehors de la RDC, les basketteurs congolais ont toujours ramené une moisson abondante au pays. La dernière en date, c’est la qualification en terre rwandaise des Léopards séniors masculins à la 1ère Fenêtre des éliminatoires de l’Afrobasket. Auront-ils le cœur à l’ouvrage lors de la 2ème Fenêtre qualificative à la phase finale de cette compétition ?
HERMAN MALUTAMA

Hits: 32

Partagez cet article