Sport

ENTENTE URBAINE DE FOOTBALL DE KINSHASA-LUKUNGA : Haro sur les maîtres-chanteurs

Lors d’une réunion de communication tenue au stade des Martyrs à l’intention de dirigeants des clubs et des arbitres, le président de l’Entente urbaine de football de Kin­shasa-Lukunga (EUFKIN-LUKUNGA), Matthieu Tovo Mozande, n’était pas allé par quatre chemins pour faire des remarques construc­tives aux intéressés, pour un déroulement sans problème du championnat 2019-2020 de cette entité. Aux arbitres, Tovo Mozande a déclaré : « Vous devez avoir un com­portement responsable ; vous devez évoluer dans et avec les règlements. Un arbitre qui sortira de ce cadre sera sévèrement sanctionné. Nous serons très durs envers tout le monde. Ne donnez pas l’occasion à vos pourfen­deurs d’avoir raison ; faites votre travail et faites le bien. Nous allons y veiller. N’hésitez pas à faire et à déposer vos rapports au secrétariat de l’entité. Cela nous permettra de réagir par rapport à ces agitations organisées, parfois sans aucun motif valable, ob­servées dans le comportement de certains dirigeants et de certains accompagnateurs des clubs. Et surtout, évitez absolument de vous compro­mettre dans la corruption, car celle-ci vous avilit et vous met à la merci du dirigeant-cor­rupteur ». Tout comme pour les arbitres, Tovo Mozande a tenu un langage franc aux dirigeants des clubs : « Vous vous permettez de venir ra­conter des faussetés sur les arbitres, vous et certains de vos accompagnateurs com­mettez des voies de fait sur ces officiels, les mettant ainsi en insécurité. Vous les agressez physiquement, de fois pour des raisons qui ne tiennent pas débout. Et puis, vous n’hésitez pas à leur promettre de l’argent. Tout cela doit prendre fin. De toute façon, pour tout fauteur de trouble, nous allons nous occuper de son cas en prenant des sanc­tions qui s’imposent contre lui. Nous allons donc vous aider à redevenir des dirigeants sérieux et exemplaires ». Non contents, peut-être, de cette option prise par les diri­geants de l’EUFKIN-Lukunga qui tiennent désormais à assainir les moeurs dans ce milieu, certains dirigeants véreux de clubs auraient menacé de quitter le cham­pionnat de cette entité. Au nombre des griefs que qu’ils reprochent aux membres de cette entente sportive figurent exactement ce que Tovo Mozande leur repro­chait. A savoir, tentative de corruption des arbitres, enva­hissement des terrains par de supporters et tutti quanti…. Par ailleurs, dans leur fuite en avant, ces responsables des clubs ne reconnaitraient nullement leur culpabilité dans les agissements de leurs accompagnateurs, et ne s’expliquent pas comment et pourquoi ils seraient à la base de pareils actes, etc… Conclusion : « devant toutes les dérives constatées du côté de l’EUKIN-Lukunga, et malgré les instructions du ministre des Sports foulées aux pieds par cette entité, en plus de nos revendica­tions qui ne sont pas prises en compte, on décide d’aban­donner ce championnat au cas où aucune solution n’est pas trouvée », soutiennent les dirigeants de certains clubs. D’abord, si ces dirigeants des clubs étaient sérieux et ne se reprochaient de rien, ils auraient dû s’abstenir de réagir comme ils l’ont fait. Tovo Mozande et son comité n’ont fait qu’appliquer les textes édictés par la Fédé­ration Congolaise de Foot­ball Association (FECOFA) et du code disciplinaire de la FECOFA (CDF) relatifs aux barèmes des sanctions. S’ils sont honnêtes, ils doivent reconnaitre que le vrai danger réside au niveau des antagonistes qui sont cachés derrière cette agitation, et qui poussent certaines per­sonnes à engager un bras de fer à l’issue duquel, chacun de ces manipulateurs espère neutraliser Tovo Mozande et son comité, afin de dicter leur loi à des nouveaux membres de l’EUFKIN-Lukunga, plus malléables. Pour des intérêts sordides. En somme, des véri­tables « maîtres-chanteurs » qui usent de chantage pour exercer une pression morale sur les dirigeants de l’EUF­KIN-Lukunga, afin de les obli­ger à agir contre leur gré en appliquant leur volonté. On oublie que le comité exécutif dirigé par Tovo Mozande est le produit d’une assemblée générale, et que seule, cette dernière peut le démettre. Et puis, comment expliquer que le même Tovo Mozande soit aujourd’hui boudé par ceux-là-mêmes qui l’ont plé­biscité, depuis deux saisons, comme meilleur dirigeant ?

Par ailleurs, pourquoi cher­cher à impliquer le ministre des Sports dans des dos­siers techniques ? A quoi servent alors les entités supérieures (LIFKIN, FECO­FA…) où ils peuvent aller en appel ? De toute façon, ces manipulateurs-agitateurs, après avoir consommé leur échec, cherchent à porter les gants pour l’affronte­ment final. Mais, peu im­porte leurs forces ou leurs calculs, la force est à la loi. Et à l’EUFKIN-Lukunga, Matthieu Tovo Mozande en est le garant. Lorsqu’on veut évoluer au-dessus ou en dehors de la loi (règle­ment), celle-ci aura tou­jours le dernier mot. N’en déplaise aux dirigeants des clubs « Maîtres-chanteurs » qui infestent le champion­nat de cette entité sportive.

HERMAN MALUTAMA

Hits: 25

Partagez cet article