A la une Economie

DETTE INTERIEURE : Dossier déterré avec 3 millions sur plus d’1 milliard USD

Le gouvernement a prévu, dans le cadre de l’exercice budgétaire 2016, de payer 2,3 milliards de francs au titre de la dette intérieure. Le « Club de Kinshasa » ou le Collectif des fournisseurs de l’État est monté au créneau. Il accuse le gouvernement de faire main basse sur le paiement de la dette interne depuis huit ans.

Nombre de petites et moyennes entreprises (PME) appartenant à des nationaux ont dû mettre la clé sous le paillasson. Les nationaux se plaignent que des opérateurs économiques étrangers soient payés, et souvent pour des dossiers jugés « juteux », avec facilité.
Plus de 1 milliard de dollars.
Dans les provinces, les créanciers sollicitent l’intervention du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Évariste Boshab Mabuj, pour le paiement de leurs factures avant l’élection des gouverneurs des provinces issus du découpage territorial. L’encours de la dette intérieure est de plus d’un milliard de dollars, rapporte-t-on à la Fédération des entreprises du Congo (FEC). Les créances ordinaires sur l’État se sont accumulées au fil des ans. Sous le cabinet Muzito, le gouvernement avait effectué, en 2009, un dépassement de 502% dans le paiement de la dette intérieure. Dans le cadre des budgets 2013 et 2014, le gouvernement avait prévu 90 millions de dollars pour désintéresser les créanciers internes. À l’Assemblée nationale, les avis sont partagés. Certains députés souhaitent que le gouvernement paie progressivement les créances qui ont été certifiées. Sur le plan économique, c’est connu, l’apurement de la dette intérieure apporte une bouffée d’oxygène à l’activité économique et à la consommation. D’autres proposent la mise sur pied d’une commission ad hoc avant tout paiement, dans les limites des moyens disponibles. Ils avancent que dans ce dossier, il y a à boire et à manger d’autant plus que l’identification même de vrais créanciers et de la hauteur de leurs créances est problématique.
Des vraies et des fausses dettes.
Dans tous les cas, estiment la majorité des députés, il faut lever une option dans l’intérêt général des Congolais. Toute dette intérieure ne l’est pas toujours du tout, explique un expert du département de la trésorerie de la Direction de la gestion de la dette publique. Il est des véritables dettes intérieures telles que les emprunts auprès des banques et des arriérés budgétaires résultant, par exemple, du non-respect des échéances de financement des travaux ou des services prestés pour le compte de l’État par des tiers. Les arriérés budgétaires ont été faussement transformés en dette intérieure. Les preuves des créances fictives sont archivées à la DEGEDEP. Elles concernent particulièrement des écoles, des ponts et autres infrastructures prétendument réhabilités à l’Est.
Les audits réalisés par Klynveld Peat Marwick Goerdeler (KPMG) et Price Water House Coopers ont souvent tourné à la routine. Naturellement, les deux cabinets ont certifié toutes les dettes sur base de simples documents. Pourtant, cette direction est le passage obligé pour les entreprises privées. C’est elle qui juge, sur base de données statistiques financières, si l’État ou une entreprise est capable de rembourser sa dette en respectant les échéances. Elle n’est plus associée à toutes les tractations financières engagées par l’État. Pourtant, explique un fonctionnaire de cette direction, il y a des dettes réclamées par des partenaires extérieurs qui sont fictives. Telles que l’électrification de la voie ferrée Matadi-Kinshasa et les turbines livrées par une firme belge dans le cadre du projet Inga II.
POLD LEVI MAWEJA

Hits: 746

Partagez cet article

Comments are closed.