Politique

COVID-19 Solidarité internationale et utilitarisme étatique

La gravité des conséquences de la pandémie Covid-19 sur le système international et tous les secteurs de la vie n’est pas sans rappeler l’impératif de la solidarité internationale pour lutter contre ce mal du siècle. A ce jour, le Covid-19 fait plus de 161 cas en RDC et plus de 18 décès alors qu’au niveau mondial, on dénombre plus de 60.000 décès faisant des USA, de la France, de l’Espagne et l’Italie les pays les plus touchés.
Au moment où les experts de l’OMS prédisent le pire pour l’Afrique, il est impérieux que le continent noir envisage sérieusement de mutualiser les efforts étatiques dans la lutte contre le Covid-19 car trop de mesures isolées prises au niveau des Etats risquent d’être en contradiction les unes avec les autres et fragiliser les dispositifs adoptés pour contrer la pandémie. Il faut coordonner les actions, dégager une philosophie de lutte et agir ensemble. L’égoïsme mieux le consumérisme étatique doivent être bannis.
Les faits sont assez rares pour être rappelés. Au moment où la riposte contre le Coronavirus en RDC patine et tâtonne, les puissances occidentales se volent mutuellement les masques de protection au grand jour mais s’unissent lorsqu’il s’agit de développer des politiques communes concernant le continent africain.
On peut rappeler à cet égard que les autorités françaises ont détourné quelques 4 millions de masques envoyées par la Suède à l’Italie et l’Espagne qui transitaient par Lyon au mois de mars 2020. Non loin de là, les autorités tchèques ont quant à elles font main basse sur un lot de 680.000 masques envoyés par la Chine à l’Italie qui transitaient par Prague.
Plus récemment, les Américains ont cyniquement payé ‘‘cash sur le tarmac’’ d’un aéroport en Chine, des millions de masques qui avaient été commandés pour des régions de l’Est de la France. A ce rythme, il est grand temps que les Congolais cessent de se nourrir de l’illusion que ces pays occidentaux qui s’étripent ainsi entre eux peuvent considérer la RDC comme une priorité en terme d’assistance sanitaire ou économique significative. Le plus souvent, il s’agit de gestes « cosmétiques » de compassion destinés à arrimer le Congo et les Congolais à leur influence sans aucun souci d’améliorer réellement leur vécu quotidien.
Quel partenaire pour la RDC contre le Coronavirus ?
Face au covid19, Européens et Occidentaux sont loin d’être solidaires entre eux-mêmes et les Africains en général, les Congolais en particulier, témoins de cette attitude de repli sur soi, auraient tort de continuer à attendre naïvement une aide efficace qui proviendrait d’Europe ou des Etats-Unis contre le Covid-19 surtout à un moment où la plupart de ces Etats sont occupés à préparer activement l’après-coronavirus et réfléchissent aux voies et moyens de continuer à maintenir leur mainmise sur l’Afrique. En effet, les uns et les autres escomptent sur l’implosion des États suite à la mauvaise gestion de la pandémie «du fait de l’incompétence et de la corruption des différents gouvernements en place dans lesdits Etats», selon les propos d’analystes français.
Alors que la quasi totalité des puissances occidentales recourent à la Chine et à Cuba pour stopper la propagation du Covid-19, une expérience qui porte déjà des résultats positifs, notamment en Italie et en Espagne, des médias globaux dans les pays bénéficiaires de cette coopération continuent à fustiger la Chine qui, selon eux, aurait « menti » sur le nombre réel de décès provoqués par la pandémie sur son territoire. Ils poussent le cynisme jusqu’à mettre les Africains en garde «contre une offensive de charme de la Chine sur fond de donations d’Alibaba, le géant chinois de la vente en ligne (et grand conçurent de l’américain Amazon NDLR) ».
Tout en bénéficiant des prouesses de la médecine cubaine qui a sensiblement diminué le taux de mortalité en Europe, ces médias s’amusent à tirer à boulets rouges sur le régime communiste cubain qui ne serait pas selon ses chroniqueurs « loin d’être eux un exemple pour le reste du monde ».
Pire, on a entendu deux médecins français, évoquer le plus sérieusement du monde jeudi sur la chaîne LCI la possibilité de faire des tests du très controversé vaccin anti covid-19 en gestation en Afrique alors qu’il est de notoriété publique que leurs pays sont plus atteints par la pandémie du Covid-19.
On se rend bien compte que pour en finir avec le Coronavirus la RDC ne doit pas pas renoncer à coopérer très étroitement avec Cuba et la Chine dont le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian déclarait déjà fin février dernier que «l’Afrique se tient aux côtés de la Chine en ce moment difficile. C’est une démonstration parfaite de la communauté de destin pour l’humanité » et qu’en retour, « La Chine continuera de mettre en œuvre les résultats de la construction de ‘‘la ceinture et la route de la soie’’ conformément aux résolutions du Sommet de Beijing sur la coopération Chine-Afrique ; qu’elle soutiendra, dans la limite de ses capacités, les pays dont le système de santé est plus faible afin de les aider à renforcer leurs capacités de prévention et de contrôle de l’épidémie, pour sauvegarder la santé publique régionale et internationale ».
De son côté, Éva Yelina Silva Walker, ambassadrice de Cuba en RDC a offert, jeudi au cours d’un entretien avec la ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza la disponibilité de son pays à intervenir en RDC dans le cadre des soins de santé en cette période de la lutte contre Covid-19.
C’est le moment de capitaliser l’élan entamé depuis plusieurs années par l’ancien président de la République Joseph Kabila qui a fait de la Chine le premier partenaire commercial de la RDC. Une situation qui a provoqué l’ire des partenaires traditionnels (occidentaux), mécontents de la concurrence ainsi faite sur un terrain qu’ils estimaient déjà «conquis» et qu’ils exploitaient à coups de conventions assorties de conditionnalités asphyxiantes et sans perspectives.
A.M

Hits: 55

Partagez cet article