Idées/débats

COURRIER DES LECTEURS : Mukumadi doit être poursuivi en justice (Suite)

L’avenir de la population du Sankuru demeure très incertain à l’instar de celui du gouverneur démissionnaire Joseph Stéphane Mukumadi. Au regard des graves soupçons de mégestion qui planent sur lui, sa simple démission ne suffira pas pour  réparer les dégâts qu’il a causés durant son éphémère passage à la tête de la province natale de Patrice Lumumba. Lorsqu’on accuse ce Monsieur Mukumadi d’être un mauvais gestionnaire, ceux qui trouvent leurs comptes dans sa mauvaise gestion objectent qu’il n’en était qu’au début de son mandat et que ce n’est pas encore le moment de le juger sur son bilan. Rien n’est plus faux !

  1. A peine élu et en attendant son investiture par le chef de l’État, l’homme s’était illustré par une jouissance infantile à Kinshasa. On se rappelle des fiestas qu’il organisait avec des bandes de pique-assiettes de Kinshasa et au cours desquelles le champagne et le whisky coulaient à flots pendant qu’il faisait de deux doigts le V de victoire dans un état indigne d’un grand serviteur de l’Etat. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’il avait snobé les organisateurs de ces réjouissances qui avaient avancé des fonds notamment pour l’impression de tricots à l’effigie de l’ancien SDF de Lille (France), et l’achat des liqueurs et amuse-gueules pour les participants. Ils attendant jusqu’à ce jour de rentrer dans leurs frais. En vain. Ça s‘appelle de l‘escroquerie, un fait punissable par la loi.
  2. Avant même son entrée en fonction qui ne pouvait intervenir que postérieurement à la présentation de son programme d’action à l’Assemblée provinciale et l’investiture par celle-ci de son gouvernement, il a signé des ordres de mission pour envoyer en mission à l’étranger, précisément en Chine, plusieurs membres de son entourage parmi lesquels un de ses beaux frères, avec les pauvres fonds de la province. Les retombées de cette mission se font encore attendre. Après sa mise en accusation par l’assemblée provinciale, il a récidivé en signant un autre ordre de mission pour envoyer deux de ses sœurs en Italie aux frais de la province.
  3. Deux ordres de mission ont été signés dans les mêmes conditions entre le Sankuru et Kinshasa pour couvrir financièrement les voyages de ses frères et cousins présentés comme conseillers, chargés de missions ou assistants.
  4. Tandis que ses complices prétendent qu’il n’a pas encore géré, l’homme a fait participer, avec un ordre de mission signé de sa main, un ministre non encore investi, à un atelier organisé par le gouvernement central à Kinshasa.
  5. M. Mukumadi a ordonné à l’Administrateur de Territoire de Lodja, M. Médard Elonge qu’il aurait obligé d’adhérer à l’UNC (CACH) alors qu’il occupe ce poste pour le compte du PPRD (FCC) d’imposer des cotisations à ses administrés pour financer ses activités comme des « marches de soutien au gouverneur Mukumadi » prétendument spontanées (voir document encadré ci-dessous) dans le pur style de la 2ème République mobutiste.
  6. Le gouverneur élu – puis déchu – Mukumadi a convoyé à plusieurs reprises de gros colis de diamants qui ont quitté la province sans la moindre formalité légale requise. J’y reviendrai au prochain épisode de cette chronique qui s‘intéressera aussi à la destination prise par les frais de fonctionnement de la province du mois de septembre 2019.

Fidèle Wanga

Chef des Indignés

Hits: 13

Partagez cet article