A la une Politique

COUP SUR COUP : Le PPRD menace et s’assume

 

La matinée politique organisée par le Parti du Peuple pour la Re­construction et la Démocratie (PPRD) à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, s’est clôturée jeudi 24 octobre 2019 dans la journée, après un report de quelques heures. Sur une note engagée et même, agressive : de la capitale du Haut-Katanga, l’ancien parti présidentiel qui n’a eu de cesse de rappeler à ses membres qu’il demeure la plus grande force politique du pays et une redoutable machine électorale, a annoncé un travail d’itinérance aussitôt le comité fédéral local installé. Sur décision de Joseph Kabila, a tenu à préciser Emmanuel Ramazani Shadary, son SG. Parce que l’ambition ici, c’est d’imposer une image de puis­sance et de cohésion autour d’un projet de société clair et qui fait parler de lui-même.

Pas de fausse modestie au sein de l’ancien parti prési­dentiel qui ne rêve que de retourner aux affaires sans encombre. « Parti ayant une forte expérience dans la ges­tion de la Res publica depuis 2002 jusqu’à ce jour, tirant les leçons du processus élec­toral passé et connaissant bien le comportement de la concurrence, notre parti se donne pour objectif global : gagner les élections locales lorsqu’elles seront organisées, gagner les provinciales, les nationales et surtout l’élection présidentielle avec tous nos partenaires du FCC qui ont la passion du Congo comme nous », a asséné le candidat malheureux du PPRD à la dernière présidentielle en RDC, adressant ce qui res­semble bien à une pique contre ses alliés de la coa­lition FCC-CACH. « J’invite tous nos mandataires PPRD : ministres, chefs d’entreprises, gouverneurs, directeurs des cabinets, conseillers, de se départir des antivaleurs ; surtout le détournement des deniers publics qui commence à devenir en RDC comme des faits normaux ». Au milieu de réprobation quasi générale autour de la désormais célèbre affaire du détournement des 15 millions USD de rétrocession pétrolière, le PPRD et son SG auraient voulu en profiter pour crucifier le CACH et sa deuxième personnalité, Vital Kamehre, qui paraît mêlé jusqu’au cou dans cette sombre affaire qu’ils ne se seraient pas comportés autre­ment, estiment les observa­teurs interrogés Le Maximum jeudi soir. « Rappelez-vous des souffrances de tous les fonc­tionnaires de l’Etat, les sans-emplois, les enseignants, les mamans maraichères et tant d’autres … Monsieur, vous qui détournez les deniers publics, avez-vous fait la comparaison de votre salaire et avantages par rapport à celui d’un fonc­tionnaire ? », s’est interrogé Emmanuel Ramazani jeudi à Lubumbashi. Le PPRD se range donc du côté des adver­saires de l’impunité en RDC et assure vouloir faire la dif­férence pour rester crédible devant l’opinion. Sans pour autant courber l’échine face aux provocations dont le parti a fait récemment l’objet, de la part de ses alliés de la coa­lition au pouvoir, particuliè­rement. Sur le sujet, Emma­nuel Ramazani Shadary s’est montré très ferme : « Nous, PPRD, nous sommes un parti des personnes civilisées, nous ne sommes pas un parti-milice qui agit par la violence, mais si on nous pousse à adopter tel ou tel comportement, nous le ferons coup après coup, légitime défense oblige », a menacé le SG du PPRD.

O.H.

Hits: 21

Partagez cet article