Politique

CONFLITS FRONTALIERS RDC – ZAMBIE : Félix Tshisekedi sollicite la médiation du Zimbabwe et de la SADC

La RDC a sollicité le 11 mai dernier, en sa qualité de président de la commission politique, défense et coopération en matière de sécurité de la SADC, l’arbitrage du président zimbabwéen Mnangagwa dans le différend frontalier qui l’oppose à la Zambie.
Les deux pays sont en désaccord sur une partie de leur frontière commune de 1.600 km. Ce malentendu résulte d’une tentative de délimiter la frontière avec des balises vers la fin des années 80.
Le Zimbabwe a été mandaté par la Sadc pour assurer le maintien de la paix, de la sécurité et de l’état de droit dans la région.
L’envoyée spéciale de la RDC, Marie Nzeza, a rencontré le président Mnangagwa à State House pour l’informer de la situation.
La ministre de la Défense et des Anciens Combattants Oppah Muchinguri-Kashiri, le ministre des Affaires étrangères et du Commerce international Sibusiso Moyo, le commandant des Forces de défense du Zimbabwe Phillip Valerio Sibanda et d’autres hauts responsables gouvernementaux ont assisté à la réunion.
S’adressant aux médias à l’issue de cette rencontre, le président Mnangagwa a déclaré que les deux pays, la RDC et la Zambie, sollicitaient l’intervention de la SADC.
«L’envoyée spéciale de Kinshasa a m’a informé de la situation en RDC, en particulier la situation sécuritaire où la RDC et la Zambie souhaitent que l’organe de défense et politique examine une cette affaire qui existe entre les Deux pays», a précisé le président zimbabwéen.
La ministre congolaise des Affaires étrangères s’est refusée à tout détail sur la question. Le ministre zimbabwéen Moyo a pour sa part expliqué la dynamique de la visite de l’envoyée spéciale de la RDC. «La Zambie et la RDC partagent une ligne longue de 1.600 kilomètres qui suscite depuis des années différentes formes d’interprétation de limitation des frontières entre les deux pays. Un traité a été signé en 1989 par les présidents de l’époque, Kenneth Kaunda et Mobutu Sese Seko, où des balises ont été installées le long de la frontière.
Il y a un conflit dans l’une des zones frontalières et Les deux pays ont décidé de s’adresser à l’organe de défense et de sécurité afin que cela puisse être résolu pacifiquement dans l’esprit de SADC», a déclaré le ministre Moyo. L’Organe de coopération politique, de défense et de sécurité a été créé en vertu du Traité de la SADC et de l’article 4 du Protocole sur la politique, la défense et la sécurité qui stipule que «le président de l’organe, en consultation avec la troïka de la SADC, est responsable de l’orientation politique globale et de la réalisation des objectifs de l’organe, de promouvoir la paix et la sécurité dans la région de SADC».
Ce n’est pas la première fois que la SADC est sollicitée pour arbitrer des différends frontaliers entre deux Etats membres.
Dans les années 1990, le bloc régional est intervenu dans le différend entre le Botswana et la Namibie concernant la propriété d’une île sur la rivière Chobe faisant partie de leurs frontières respectives.
OH

Hits: 67

Partagez cet article