Economie

Communiqué de presse

Paris & Kinshasa, Le 02.06.2021
Pascal Beveraggi pour l’Etat de droit en République Démocratique du Congo.
Emmanuel Macron vient d’achever sa tournée en Afrique en y prônant un ‘plan Marshall’ post-Covid. Dans cette optique de développement, l’Etat de droit est un facteur clef. A cet égard, le cas de Pascal Beveraggi, est frappant. Aprés avoir sauvé de la faillite un fleuron du secteur minier congolais, il mène aujourd’hui un combat judiciaire pour récupérer ses actifs.
Lors de son discours de début de mandat à Ouagadougou, Emmanuel Macron avait déclaré qu’il n’avait «pas à expliquer dans un pays africain comment on organise la Constitution, comment on organise des élections ou la vie libre de l’opposition» mais que «c’est son rôle d’être aux côtés de ceux qui travaillent au quotidien, à rendre la démocratie et l’Etat de droit irréversible». Félix Tshisekedi, son homologue de la République Démocratique du Congo («RDC») et actuel président de l’Union Africaine, souligne aussi régulièrement l’importance de l’instauration d’un Etat de droit en RDC.
Dans ce contexte, les sociétés du groupe Octavia dirigé par l’investisseur français Pascal Beveraggi est un cas typique. Ces sociétés se disent victimes d’un déni de droit en RDC qui leur aurait coûté une perte évaluée à plus de 200 millions USD.
En investissant et en s’impliquant localement, y compris à travers la scolarisation de 5.000 enfants, Pascal Beveraggi était parvenu à transformer Mining Company of Katanga, entreprise en liquidation judiciaire, en une entreprise florissante, rebaptisée NB Mining Africa. Cette dernière s’était imposée comme un acteur du développement social et économique dans le Haut-Katanga où elle employait près de 2.000 travailleurs avec plusieurs sous-traitants.
Revendiquant sans droit ni titre la propriété de NB Mining Africa, un acteur politique congolais s’est efforcé d’en prendre le contrôle illégalement. Au mépris du droit, faisant usage d’une société offshore, s’appuyant sur des prête-noms et n’hésitant pas à travestir des décisions rendues par la Cour d’appel de Paris et la Cour de cassation française, le spoliateur de NB Mining Africa est parvenu à détourner les actifs du groupe de Pascal Beveraggi. Le 29 août 2020, il a ainsi obtenu un jugement inique d’une juridiction congolaise, rendu sans contradictoire et sur la base duquel ont été saisis l’ensemble des actifs du groupe … alors même que le dit jugement n’était pas supposé être exécutoire.
D’abord confiantes dans la justice congolaise, les sociétés du groupe de Pascal Beveraggi ont intenté différentes procédures afin d’obtenir la restitution de leurs actifs. Par un arrêt de la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe en date du 11 décembre 2020, l’ensemble des saisies pratiquées sur les actifs des sociétés du groupe de Pascal Beveraggi a été annulé. En pratique, cela n’a pourtant rien changé. Au contraire, la spoliation des actifs de NB Mining Africa a continué. A cela se sont ajoutées des menaces et des atteintes à l’intégrité physique des cadres de NB Mining Africa, parmi lesquels son directeur général adjoint.
Au nom de ses sociétés, Pascal Beveraggi a adressé au chef de l’Etat congolais une mise en demeure de faire procéder à la restitution des actifs de NB Mining Africa et Octavia conformément au droit. Cette mise en demeure étant restée sans suite, l’opérateur français est désormais prêt à attraire la RDC devant les juridictions internationales.
Cette expropriation orchestrée par un politicien pourtant sensible à son image et qui ne cache pas ses ambitions politiques en RDC, interroge aussi sur la situation du pays et risque de donner lieu à un arbitrage international au détriment de l’Etat avec un effet néfaste sur le climat des affaires et l’attractivité du pays, à l’heure où la RDC veut devenir un Etat de droit pour attirer les investisseurs étrangers et répondre aux défis du développement.
Pour Pascal Beveraggi, si NB Mining Africa n’était pas rentable, son adversaire n’aurait pas déployé autant d’efforts pour la spolier. Nous avons confiance dans la force du droit et la vérité de la justice, fut-elle internationale. Le pouvoir ou la proximité avec lui, ne saurait être une licence à l’abus.
M. Beveraggi est conseillé par Saint-Louis Avocats, Tshimbadi Law Firm, ainsi que le cabinet international Clifford Chance LLP. afin d’apporter un éclairage plus précis sur cette affaire. Ils se tiennent à la disposition de la presse congolaise, africaine, française, européenne et internationale pour toute question y relative.
Inscriptions par retour de mail : pressepb2021@gmail.com
A propos :
Contact presse :
Marc BOUSQUET
pressepb2021@gmail.com

Vues : 45

Partagez cet article