Sport

CLIMAT MALSAIN DANS BC TERREUR : Julien Mampuya Amisi claque la porte

Président du BC Terreur depuis trois saisons sportives, Julien Mampuya Amisi vient de démissionner de son poste. «C’est au regard de mes occupations professionnelles actuelles et celles liées à ma situation familiale, mais aussi dans l’optique de préserver ma dignité et garantir un climat de paix au sein du BC Terreur, et l’évidence des résultats négatifs enregistrés jusqu’à ce jour durant mon mandat et pour donner au club une opportunité d’un départ meilleur que j’ai décidé de rendre le tablier», explique-t-il dans sa lettre du 16 septembre dernier.
En effet, depuis quelques mois, un climat malsain règne au sein du BC Terreur. Une situation qui a obligé certains membres à claquer la porte du club et d’aller évoluer ailleurs, où il y aurait plus de calme et de sérénité. C’est le cas notamment de maman Suzy Kashiama Kafutshi qui dirige présentement la grande formation masculine de basket-ball qu’elle a mise sur pied au lendemain de son départ de l’équipe du quartier Immo-Congo. Aujourd’hui, c’est au tour du président de Terreur, Julien Mampuya Amisi, de jeter l’éponge «pour préserver sa dignité», ainsi qu’il le souligne dans sa correspondance, confondant ainsi ceux qui avaient jeté l’anathème sur Suzy Kashiama pour avoir quitté Terreur « sans aucune raison valable».
Le secrétaire
sportif aussi
Emboîtant le pas au président de l’équipe, le secrétaire sportif du BC Terreur, Justin Madou Mpweme Bongoka, a lui aussi décidé, de jeter l’éponge. Vendredi 18 septembre dernier en marge des obsèques de l’arbitre international honoraire Evariste Kabasele Chikala, il a confirmé l’information. «J’ai décidé, moi aussi, de partir puisque la reconnaissance n’est pas de ce monde. Surtout pas dans notre milieu (BC Terreur, NDLR). J’ai déjà servi des équipes au même poste (secrétaire sportif) ainsi que certaines entités de basket-ball. Je crois qu’il est temps pour moi de viser plus haut», a déclaré Madou Mpweme, déçu par tant de cynisme à son endroit au sein du BC Terreur. Ce «viser plus haut», comme il l’a déclaré, ne s’agirait-t-il pas de la Fédération de basket-ball du Congo (FEBACO) ? Le secrétaire démissionnaire de Terreur ne se perd pas en circonlocutions et donne sa réponse : «J’aviserai en temps opportun. Nous sommes encore en 2020, et 2022 c’est dans deux ans. Ce qui me laisse le temps de bien réfléchir sur cette perspective, et bien mûrir ce projet ».
Apparemment la débandade est totale dans BC Terreur. Avec cette vague de départs et si l’on y prend garde, ce grand club risque de connaître des jours sombres dans un proche avenir. Enfin, dans le cadre de la phase qualificative aller du championnat de la Ligue provinciale de basket-ball de Kinshasa (LIPROBAKIN), BC Terreur rencontre cet après-midi (14h) au stadium des Martyrs, le BC Don Bosco.
HERMAN MALUTAMA

Hits: 55

Partagez cet article