A la une Politique

BAVURES POLICIERES AUX ETATS-UNIS : André Lite solidaire de George Floyd

A l’instar d’autres personnalités à travers le monde qui condamnent les violences policières racistes aux Etats-Unis d’Amérique ayant entraîné la mort de George Floyd à Minneapolis, André Lite, ministre rd congolais des Droits humains est lui aussi monté au creaneau pour s’insurger contre cet acte barbare , dans une interview accordée à CAS-INFO contre le traitement inhumain infligé aux noirs américains depuis plusieurs années.
Tout en condamnant fermement ce «meurtre», André Lite appelle à la cessation des actes qu’il a qualifiés de « discriminatoires », orchestrés contre les noirs aux États-Unis.
Dans un entretien avec la presse, il a expliqué que « ce qui se passe aux États-Unis par rapport aux traitements réservés aux noirs est inacceptable. Rien que pour 2020, plus de 160 noirs ont été tués. Ça rappelle malheureusement l’esclavagisme et la colonisation de triste mémoire».
La réaction du ministre des Droits humains intervient après celle du général républicain Jim Mattis, ancien secrétaire à la Défense de Donald Trump qui a condamné fermement l’insensibilité de son ancien patron face au racisme des policiers américains sur les africains-américains. Il est appuyé par l’ex-président républicain George Bush qui lui a déclaré qu’il ne voterait pas pour Trump à la prochaine élection présidentielle.
Pour André Lite, l’humanité doit agir pour que les noirs soient protégés dans cette partie du monde.
«L’humanité doit faire en sorte que les vies des noirs bénéficient d’une attention particulière notamment aux États-Unis. On ne peut pas continuer à faire semblant ou à developper un langage ‘‘politiquement correct’’ à ce sujet.C’est le temps de dénoncer», a-t-il lâché.
Le ministre des Droits humains, choqué par la mort de 160 noirs depuis le début de l’année en cours, appelle les uns et les autres à se mettre ensemble pour stopper cet état de choses.
«Parce que, quand on parle droits de l’homme, c’est toujours sous le prisme de l’universalité. Alors, on est obligé légitimement de dire que trop c’est trop, ça ne peut pas continuer. Plus de 160 morts seulement pour ces quelques mois de 2020, c’est gravissime et inacceptable», a-t-il conclu.
JN

Hits: 55

Partagez cet article