Culture

AVANT LA CHANSON PATRIOTIQUE POUR LES 9EMES JEUX DE LA FRANCOPHONIE : Félix Wazekwa largue bientôt « Article 23 »

Nommé directeur adjoint des 9èmes Jeux de la Francophonie qui se dérouleront à Kinshasa en 2021, Félix Wazekwa, patron de l’orchestre Cultur’A Pays Vie, a déclaré n’avoir pas encore été contacté par les autorités de la ville-province de Kinshasa pour la réalisation de la chanson patriotique qu’elles ont initié afin de sensibiliser et préparer les Kinois et, pourquoi pas, les Congolais, à s’investir pour la réussite de ce grand événement culturel et sportif. « Je crois qu’en ma qualité d’homme du verbe, mais aussi par le biais de nos relations avec le gouverneur de la ville (Gentiny Ngobila Mbaka, ndlr) que je connais depuis longtemps, avant qu’il n’exerce des fonctions politiques, je serai certainement contacté pour participer à l’élaboration de cette œuvre patriotique », a déclaré « Mokuwa bongo ». Mais avant d’y arriver, Félix Wazekwa préparerait un nouvel album de 24 chansons dont le titre est « Article 23 » et dans lequel on peut retrouver une variété de chansons, parmi lesquelles, un titre chanté en anglais par « S’Grave ». Ce nouvel album connaitra, semble-t-il, la participation de certains chanteurs d’autres groupes musicaux de Kinshasa, parmi lesquels on cite notamment Paty ya Sata, digne successeur de King Kester Emeneya dont il a hérité le timbre vocal, et Héritier Watanabe. Concernant « Article 23 », Félix Wazekwa qui chante la liberté du citoyen a recouru à la Constitution de la République qui stipule que « Toute personne a droit à la liberté d’expression ». La liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, les écrits et les images, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs, a soutenu S’Grave. Toutefois, la date de la sortie de ce nouvel album n’a pas été précisée. Aux dires de ceux qui ont auditionné « Article 23 », Félix Wazekwa raconte qu’autant régler une affaire au tribunal que chez un féticheur. Puisque celui qui préfère aller chez ce dernier est capable de jeter un mauvais sort comme le « mbasu » la folie ou une maladie incurable. C’est dire que dans ses compositions, l’artiste-musicien Félix Wazekwa ne réfléchit pas uniquement aux thèmes liés à l’amour. Il a, par contre, toujours pris son temps pour analyser les faits et les phénomènes de la société. Aussi, ses nombreux inconditionnels ont toujours soutenu que leur idole fait réellement de la musique et non de l’aventure comme certains qui se complaisent dans l’immoralité, délaissant la recherche. Un cas de conscience qui doit interpeller nombre d’artistes-musiciens de l’actuelle génération.

Wazekwa et Cultur’A Pays Vie éprouvés

A Cultur’A Pays Vie, on annonce le décès de l’animateur Nono Chaka connu sous le sobriquet «Internet ». Nono Chaka est décédé le 13 octobre dernier à Kinshasa des suites d’un AVC qui l’a rendu aveugle durant trois ans. Des explcations fournies par Félix Wazekwa et rapportées par un confrère du quotidien « Le Journal », il s’avère que Nono Chaka était arrivé à une séance de répétition, tenu par ses collègues parce que sa vue avait commencé à décliner. Au terme de cette séance, la toute dernière pour ce talentueux animateur, Nono Chaka a été contraint de rester à la maison, sans activité, jusqu’à ce que mort s’en suive.

A la famille biologique du disparu, à Félix Wazekwa et à l’orchestre Cultur’A Pays Vie, Le Maximum présente ses très sincères condoléances.

HERMAN MALUTAMA

 

Hits: 163

Partagez cet article