A la une Politique

ASSASSINE LE 17 JANVIER 1961 : Les reliques de Lumumba en RDC ce 21 juin

Comme annoncé dans son allocution du nouvel an 2021, le président congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo se rendra prochainement à Bruxelles afin de participer, le 21 juin, à la cérémonie de rapatriement des reliques de l’éphémère premier 1er ministre et Héros national congolais Patrice-Emery Lumumba, a rapporté samedi le porte-parole du gouvernement qui a aussi fait état de la présence du roi Philippe à Kinshasa le 30 juin.

C’est donc cette date du 21 juin qui a été convenue entre la RDC, la famille Lumumba et la Belgique  qui ont arrêté un programme consensuel selon Patrick Muyaya, dans son compte-rendu de la 6ème réunion du Conseil des ministres tenu vendredi 04 juin par visioconference. «Il est prévu à cet effet, à Bruxelles le 21 juin prochain, la cérémonie de récupération des reliques par le président de la République. Ensuite, une tournée avec ces reliques se déroulera à travers les villes de Lumumba-ville (dans la province natale de Patrice Lumumba, le Sankuru, au centre de la RDC), Kisangani (Nord-Est) où il fut élu député national en 1960 et Shilatembo (Haut-Katanga, dans le Sud-Est) où il fut assassiné en janvier 1961 quelques mois après l’indépendance de l’ex-Congo belge)», a précisé Muyaya.

Relayant la communication du président Tshisekedi que le 1er ministre Jean-Michel Sama Lukonde avait faite aux membres du gouvernement, le ministre de la Communication et Médias a indiqué que l’enterrement est prévu à la place Échangeur à Kinshasa (où se trouve érigé un monument du père de l’indépendance congolaise), en présence du roi Philippe de Belgique.

Le gouvernement congolais a été instruit par le chef de l’Etat de prendre toutes les dispositions pour accélérer les préparatifs de cet événement et d’organiser des cérémonies culturelles en considérant le thème de la présidence de l’Union africaine (UA) dont on sait qu’elle est assurée par la RDC («culture, art et patrimoine»).

On signale à Bruxelles que la présence du souverain belge à  Kinshasa qui fait suite à une invitation datant de l’an dernier pour le 60ème anniversaire de l’indépendance de l’ex-Congo-Belge sera consacrée également à une évaluation de la situation sanitaire au moment où la RDC semble être touchée par une troisième vague de la pandémie à Covid-19.

La Belgique s’est engagée à faciliter le rapatriement des reliques du Héros national rd congolais martyrisé en présence d’officiels belges avec ses deux compagnons Joseph Okito et Maurice Mpolo le 17 janvier 1961, dans des circonstances non encore clairement élucidées.

Ces reliques étaient jusque-là détenues  par la justice belge qui les avait saisies en 2016 chez la fille d’un ex-policier belge, Gérard Soete, qui contribua à faire disparaître les corps de Lumumba et de ses compagnons d’infortune après leur assassinat à Shilatembo. C’est en septembre 2020 que la justice belge a autorisé la restitution de ces restes à la famille.

Patrice-Emery Lumumba était devenu le premier chef du gouvernement postindépendance au Congo après le retrait précipité de la Belgique de son ancienne colonie qui avait suivi la table ronde politique de Bruxelles, quelques mois auparavant.

Il n’exerça cette fonction que deux mois et demi dans un pays immédiatement plongé dans les troubles et divisé par des rébellions avant d’être révoqué par le président Joseph Kasa-Vubu. On attribue à l’alors colonel Mobutu et à ses parrains américains et belges, l’initiative d’envoyer Lumumba aux autorités sécessionnistes du Katanga considérée comme  déterminante dans le sort tragique du leader indépendantiste qui fut torturé et assassiné quelques heures après son arrivée à Elisabethville (Lubumbashi) le 17 janvier 1961.

Une commission parlementaire d’enquête a évoqué en 2001 la simple responsabilité “morale” de la Belgique ; une interprétation vivement contestée par divers chroniqueurs. Le gouvernement belge avait présenté des excuses au Congo et à la famille Lumumba mais d’aucuns estiment qu’il convient de compléter cette démarche par un procès en bonne et due forme afin que réparation soit faite.

JM

Vues : 53

Partagez cet article