Sport

37EME COUPE DU CONGO DE BASKET-BALL : Le compte à rebours

La 37ème édition de la Coupe du Congo de basket-ball démarre jeudi 12 octobre prochain à Kinshasa.
Ce tournoi qu’organise chaque année la FEBACO coïncide avec la clôture de la saison sportive et la proclammation des équipes championnes dans les deux versions doivent prendre part à la compétition africaine des clubs. En raison de la Covid-19, certaines formations vont éprouver quelques difficultés pour atteindre la capitale dans le délai.
Cette édition s’ouvre sur une note triste : le décès du 3ème vice-président de la FEBACO, Richard Tshimbund Nkongal, survenu à Kolwezi (Lualaba). Quoi qu’il en soit, quelques clubs en provenance des provinces arrivent déjà à Kinshasa. On rappelle à cette occasion que le BC Mazembe de Lubumbashi et le BC Makomeno de la même ville en version masculine et féminine avaient remporté la 36ème édition à Kinshasa.
Comme à l’accoutumée, une réunion technique aura lieu mercredi 11 octobre 2020 peut être le même jeudi 12 octobre 2020 sous l’égide de la FEBACO. Elle consiste à ordonnancer le déroulement du tournoi. Le président de la FEBACO, Boni Mwawatadi,
tiendra 48 heures avant le coup d’envoi une conférence de presse au stade des Martyrs. Il est attendu qu’il survole certains dossiers brulants de l’heure, notamment la récupération par la FEBACO de quelques clubs, kinois surtout, qui n’auraient pas rempli toutes les conditions requises pour participer à une compétition nationale. Il s’agirait en fait d’une «situation exceptionnelle», assure-t-on du côté de l’avenue Dima. L’on fait observer dans la foulée que le BC V. Club aurait introduit depuis quelques jours un recours à la FEBACO pour la sortie ‘‘clandestine’’ du pays, de son athlète Marianna Mwadi Bula-Bula, évoluant dans Saint Louis de Dakar (Sénégal). On se demande alors qui peut avoir signé une lettre de sortie du territoire national de l’athlète. Pour les dirigeants de BC V. Club, il y a vice de procédure. Ils demandent à la FEBACO «de saisir la fédération sénégalaise de basket-ball pour qu’elle décourage pareille forfaiture». Concrètement le BC V. Club exige que les démarches se fassent dans la transparence et dans les normes afin de permettre à l’équipe de bénéficier de son droit. «Nous ne pouvons pas laisser filer gratuitement une athlète pour laquelle nous avons consentis d’énormes sacrifices», s’est écrié un membre du BC V. Club.
On n’espère concernant ce dossier que le président du BEF de la FEBACO, connu pour son esprit d’ouverture, pourra éclairer l’opinion au cours de la conférence de presse de ce mardi 10 octobre 2020.
HERMAN MALUTAMA

Hits: 243

Partagez cet article