Justice

142, KITEGA/COMMUNE DE KINSHASA : Kasonga Mujani exige la licitation du leg paternel

C’est au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Gombe que sieur Kasonga Mujani et consorts viennent solliciter la licitation de la parcelle sise sur avenue Kitega n° 142 dans la commune de Kinshasa. Il s’agit d’une des ayant appartenu à leur défunt père, Mujani Wamba. Opposés à leur frère ainé, les demandeurs veulent sortir de l’indivision qui règne dans la famille depuis la mort du De cujus. Le Tribunal a reçu les plaidoiries des parties et promis de se prononcer dans les prochains jours, a-t-on appris au cours d’une audience publique.
D’entrée de jeu, le conseil des demandeurs, Kasonga Mujyani et 25 héritiers donc, relate les faits qui ont conduit à cette action judiciaire.
Le De cujus a laissé 26 enfants issus de plusieurs lits ainsi que la parcelle qui fait l’objet du litige. Le père décédé, la famille a emprunté l’argent auprès d’un tiers pour organiser les obsèques, une somme évaluée à 15000 USD, qui devait être remboursée après la vente de la parcelle. Mais le défendeur, sieur Mukandilwa, leur frère ainé, s’est opposée à cette démarche. C’est la raison pour laquelle, les 25 héritiers veulent la licitation de la parcelle afin, notamment, de rembourser les frais des obsèques de leur défunt père, a déclaré le conseil.
Dans sa plaidoirie, le défendeur fait savoir que la succession n’a jamais été ouverte, elle devait d’abord être constituée régulièrement avant de procéder à une quelconque vente. Sieur Mukandilwa affirme ne pas s’opposer à la vente et demande au Tribunal de désigner un liquidateur judiciaire pour le bon déroulement de toute procédure.
En outre, rien ne prouve que tous les héritiers de son défunt père sont partie prenante dans l’action intentée en justice contre lui. Certains noms ont été inscrits sur la liste des demandeurs pour les besoins de la cause, avance-t-il.
Le demandeur principal, Kasonga Mujani, prétend avoir contracté un emprunt de 15000 USD alors que la famille avait conclu en un montant de 4000 USD pour organiser les funérailles du défunt. Il s’est même à Mbujimayi aux fins de ramener son père malade à Kinshasa, juste pour le contraindre à vendre la parcelle, mais le De cujus ne fut pas en mesure d’effectuer ce déplacement.
A ces griefs, la partie Mukandilwa ajoute que le Tribunal est compétent pour décider du sort des autres parcelles du De cujus à Mbuji Mayi. Que la demande de désignation d’un liquidateur soit accordée pour l’intérêt de tous, a conclu cet avocat-conseil.
Puisque toutes les parties sont d’accord sur la vente de la parcelle, que le Tribunal accède à cette demande pour l’intérêt de toutes les parties.
RBV

Hits: 99

Partagez cet article