VÉRITÉS SUR LE PROCESSUS ÉLECTORAL : On ne contredit une expertise que par une autre expertise

7
Réunion CENI - Comité de partenariat au processus électoral

1. La CENI a lancé l’opération d’enrôlement des électeurs en vue de la constitution d’un nouveau fichier électoral le 21 juillet 2016 au Nord Ubangi. C’était donc avant les deux dialogues politiques qui se sont tenus à la Cité de l’UA et au Centre catholique interdiocésain.
2. A la commission Élections à la Cité de l’Union Africaine, co-présidée par l’actuel Vice-premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur, Ramazani Shadary pour le compte de la Majorté Présidentielle ; et Madame Elysée Dimandja, pour le compte de l’opposition, qui a compté également les membres de la société civile John Masimango et Bénédicte Wonganombe, respectivement rapporteur et rapporteur-adjoint. Dans le document final produit par cette commission, il a été clairement recommandé à la CENI, en page 5, point 5.1.: « A la CENI de poursuivre les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en cours pour la constitution d’un fichier électoral fiable et inclusif ; d’organiser les opérations d’identification et d’enrôlement des congolais de la diaspora en indiquant clairement les modalités y relatives ». En cette matière, c’est ce même document qui a servi de référence à la Cenco. D’ailleurs, ajoutons que cela ne fait que respecter la loi électorale qui impose l’enrôlement de la diaspora, en vue de sa participation à l’élection présidentielle.
3. Avant la constitution des commissions mises en place à la Cité de l’Union Africaine (le seul dialogue qui ait connu l’expertise en matière électorale), il y a eu un panel d’experts électoraux qui ont fait la démonstration de l’impossibilité de tenir les élections en 2016 et de l’impérieuse nécessité de respecter la constitution et la loi électorale y afférente. Je n’ai pas encore entendu parler de violation de la constitution par ces experts électoraux dont la réputation n’est plus à démontrer et même par la communauté internationale dans son ensemble. C’est cet état d’esprit qui a même jeté les bases du dialogue facilité par la CENCO.
Qu’en est-il du schéma critique de 504 jours après la consolidation du fichier électoral fixé par les experts et approuvé par les dialogueurs ? Est-ce une nouveauté que nos amis du Rassop-Limete découvrent ? Nous essayerons fixer l’opinion là-dessus dans notre prochain article. Mais toutefois, retenons qu’en dehors des caricatures que l’on fait sans discernement du Président de la CENI, notez que personnes dans les rangs des opposants ne présente une alternative crédible. On ne contredit un expert que par une contre-expertise et tous les magistrats le savent.
Congolaises et congolais, il n’y a pas mille manières de dire la vérité. Ayant fait le choix de dire la vérité, nous serons toujours victimes de ceux qui détestent la vérité. Mais est-ce une raison pour abdiquer ? Je préfère mourir debout dans la dignité, en disant la vérité, que de vivre à genoux, en me soumettant aux mensonges de nos amis du Rassop-Limete, qui pourtant partagent les mêmes infos que nous. Qu’ils se le tiennent pour dit et ils ne perdront plus leur temps à nous menacer et à nous insulter.
PAPY TAMBA
22/10/2017

Pas de commentaire