UNC : Kamerhe colmate les brèches

    9
    Jean-Baudouin Mayo, le nouveau secrétaire général de l'UNC

    Rien que pour année 2017, le parti politique de l’ancien speaker PPRD de l’Assemblée nationale a vu filer les meilleurs de ces cadres. Le dernier en date à quitter le navire rouge et blanc en perdition était Alain Mbaya Kakasu. Le président du conseil national et secrétaire général de l’UNC qui se lançait pourtant, quelques mois plus tôt, dans une croisade de remobilisation des troupes dans certaines provinces du pays a carrément jeté l’éponge, mi-septembre, et rejoint l’Alliance des Démocrates Congolais (ADECO) de Jonas Mukamba. Avant Alain Mbaya, les Odette Babandowa (ancien ministre aux Transports et Communications sous Mzee Laurent-Désiré Kabila) et Sam Bokolombe (ancien DG de la DGI pour le compte du MLC) avaient, eux aussi craché le morceau. A la suite des départs tout aussi symptomatiques des Jean-Bertrand Ewanga Is’Ewanga – un ancien gouverneur de l’Equateur pour le compte du PPRD qui avait auparavant usé chez chaussures dans les rangs de l’UDPS Kibassa Maliba-, et Claudel Lubaya, ancien gouverneur du Kasai Occidental pour le compte du même PPRD, qui a exhumé le parti politique paternel (UDA) des années ’60. A l’évidence, aucun parti politique en vue en RD Congo n’a enregistré autant de défection que l’Union pour la Nation Congolaise, créé au lendemain de la séparation de Kamerhe d’avec son mentor Joseph Kabila et le PPRD, dont le candidat à la présidentielle de 2011 fut un des fondateurs en mars 2002.
    Mais il faut bien tourner la page, de préférence avant les toutes proches échéances électorales, et VK s’y met. Vendredi 1er octobre 2017, ambiance particulière au siège de l’UNC sur l’avenue de l’Enseignement dans la commune de Kasavubu, 48 heures à peine après le véritable pétard mouille qu’avait été la marche organisée par ses collègues de l’opposition. Billy Kambale, nommé coordonnateur de la jeunesse de l’Union pour la Nation Congolaise, prenait le bâton de commandement en remplacement de Bertin Mubonzi.
    Mercredi 22 novembre 2017, Vital Kamerhe avait nommé Jean-Baudouin Mayo Mambeke secrétaire général du parti en remplacement de Alain Mbaya Kakasu. Molendo Sakombi, un autre des rares cadres de l’UNC demeurés fidèles à VK, s’est vu confier les charges de président de l’inter-fédéral de Kinshasa. Jusque-là président de la fédération de l’UNC/Lukunga, le fils Sakombi Inongo, communicateur de formation, est également président du conseil d’administration de Canal Futur, la télévision de VK et patron de 7sur7.cd, un site d’informations proche de l’opposition.
    J.N.

    Pas de commentaire