UDPS/TSHIBALA : Tharcisse Loseke roulé dans la farine

    29
    Tharcisse Loseke

    Il ne décolère pas depuis le week-end dernier, Tharcisse Loseke Nembalemba, le président-délégué de l’aile Bruno Tshibala de l’UDPS. Des sources crédibles dans son entourage rapportent au Maximum que le parti a refusé de financer les candidats à la députation provinciale proposés par le président-délégué, en ce compris la liste relative aux provinciales dans sa base électorale du Sankuru. Le médecin-psychiatre, qui s’estime proprement floué, rumine de sombres pensées depuis qu’il s’est rendu compte de la réalité, et regrette d’avoir fait marche-arrière après avoir démissionné du parti.
    Pourtant, lundi 9 juillet 2018, Raymond Kahumbu, le secrétaire général de l’UDPS/Tshibala, annonçait 715 dossiers de candidats députés provinciaux dûment déposé pour le compte du parti. Sans la moindre allusion aux candidats de son président-délégué. «On a aligné 715 candidats députés provinciaux sur 715 sièges à travers la République. On a fait le paiement pour l’ensemble de la République. Nous sommes maintenant à l’étape d’envoyer les preuves de paiement pour que ces dossiers soient acceptés par la Ceni », a-t-il expliqué à des confrères en ligne plusieurs heures après que Le Maximum eût été mis au courant des déboires de Tharcisse Loseke.
    Quelques jours auparavant, le médecin-psychiatre avait fait sensation en signant et en publiant une lettre de démission du parti rédigée d’une écriture rageuse. Parce que l’autorité morale, Bruno Tshibala, refusait de le recevoir depuis une dizaine de jours. « C’était un signe avant-coureur », explique-t-on au Maximum. « Le 1er ne voulait manifestement plus de son encombrant président-délégué et n’attendait qu’une occasion pour s’en débarrasser », commente-t-on encore chez les udpsiens.
    La réconciliation pompeusement annoncée le 30 juin 2018, après que le 1er ministre eût consenti à recevoir Tharcisse Loseke en sa résidence privée et lui eût accordé une entrevue de plusieurs heures n’aura donc été qu’un leurre. « Le parti avait encore grandement besoin de la signature au bas des documents officiels de la signature de son président-délégué. Les listes des candidats transmises sous son seing, l’affaire est terminée. L’homme est jeté comme un kleenex », explique les sources du Maximum. Qui s’étonnent que le psychiatre n’ait rien vu venir. Et surtout, qu’il se soit illustré par une sorte de chantage au vagabondage politique.
    Annoncé à l’AFDC de Modeste Bahati Lukwebo, Tharcisse Loseke n’avait même pas eu l’élégance de nier des faits pourtant non avérés. « Je suis objet de nombreuses sollicitations et beaucoup de gens me reprochent d’être descendu très bas en adhérant à une plateforme qui ne compte que 4 partis politiques », avait-il déclaré à la presse. C’était peut-être vrai, scientifiquement. Politique, ce fut sans doute suicidaire.
    J.N.

    Pas de commentaire