TRANSPORT URBAIN A KINSHASA : Réduction de la mobilité d’ici 2025, faute de train urbain

    58
    Un tramway, on en rêve au gouvernement pour désengorger Kinshasa

    En dépit d’une rentrée scolaire quelque peu timide comme d’habitude au premier jour de la reprise des enseignements en RD Congo, un gros bouchon ralentissait la circulation lundi 3 septembre 2018 dès 7h00, sur le boulevard Lumumba. Atteindre Kintambo-Magasin au sortir de faubourgs ouest de la capitale relevait du parcours du combattant. Le pire est à venir, redoutent des conducteurs.
    Et pourtant, l’Etat a en projet la relance du trafic ferroviaire Kinsuka-Gare centrale pour désengorger les avenues du Tourisme et Chaussées M’zee Kabila ex-Route de Matadi. Hélas, le projet n’a pas encore connu un début de commencement.
    Pourtant le chemin de fer interurbain, CFI, a transporté 237.273 personnes au premier semestre 2018, renseigne la Société commerciale des transports et des ports, SCPT ex-Onatra.
    L’entreprise dit pouvoir faire mieux si le reste de son réseau urbain était rouvert au trafic. La voie ferrée Gare centrale-Kinsuka n’est plus opérationnelle, voilà plusieurs années du fait du risque élevé de déraillement, avait fait comprendre l’alors directeur du département du chemin de fer de l’ex-Onatra, Constat Omari. Pendant ce temps, l’opérateur public routier, Transco, a dépassé les 25 millions des voyageurs transportés à Kinshasa. L’an dernier, avec 420 bus répartis sur 29 lignes pour un trajet journalier de 20.262.836 Km, Transco avait transporté 52.110.828 personnes.
    Projets en veilleuse
    Pour autant, et en dépit de l’apport du projet “Esprit de vie” et tant d’autres privés, la mobilité à Kinshasa demeure un défi permanent pour les pouvoirs publics. Le PNUD redoute une asphyxie de la capitale d’ici 2025. Alors que d’ambitieux projets portés par le gouvernement central sur la mobilité dans la capitale sont en veilleuse pour ne pas dire, carrément expédiés à la corbeille. Le transport fluvial urbain défendu par l’alors Premier ministre, Matata ponyo, n’a jamais connu un début de commencement. Un opérateur privé qui avait tenté l’aventure en a été vite dissuadé par “les services”, prétend-on. Pour des experts, seul l’élargissement du chemin fer tirerait les 5 millions des kinois qui se déplacent chaque matin, du goulot quotidien d’embouteillage.
    Pour rappel, la société belge Preferails avait, en effet, élaboré, sur demande du gouvernement de la RDC, un projet d’implantation d’un réseau tramways à Kinshasa. Le Rond-point Victoire constituerait la principale gare de RER kinois. La Capitale compterait 4 lignes de tramway dont Rond-point Victoire-aéroport de N’djili, Rond-point Victoire-Kintambo Magasin. Ce qui n’irait pas sans casse. Lancée dans la commune de Lingwala, l’opération a été vite arrêtée pour ne plus jamais reprendre. Les voies ferrées de la capitale traversent, en effet, des zones immensément peuplées de Kinshasa. Dans la partie ouest de la capitale, la voie ferrée part, en effet, de la gare centrale et traverse les vieilles communes de Barumbu, Kinshasa, Lingwala, Kintambo, Ngaliema…jusqu’à Kinsuka, près des usines de traitement de grès. Il y a là un corps électoral considérable que l’on ne saurait bousculer au petit bonheur la chance sans encourir les foudres des urnes en décembre prochain. Mais, rapportent des sources, cette fois-ci, le gouvernement va passer à l’acte…après près de 10 ans d’atermoiements.
    POLD LEVI

    Pas de commentaire