TRANSPORT FLUVIAL : La SCTP à la rescousse de la RVF. L’ex. Onatra a balisé le fleuve de Kinshasa à Kisangani

    13
    Le MB Gungu

    Afin d’assurer la navigation entre Kinshasa et Kisangani, la Société commerciale des transports et ports, SCTP, ex-ONATRA, a posé plus de 1600 signaux sur les 1700 Km de voie fluviale qui séparent les deux villes.
    Parti de Kinshasa le 5 décembre 2017, le baliseur Kauka a atteint le port public de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, le 9 mars 2018, selon le commandant de ce baliseur, Emanuel Makwala. Sa mission consistait à poser des signaux tout le long de ce bief moyen du fleuve Congo pour sécuriser et faciliter la navigation, plusieurs accidents ayant été enregistrés faute de ces instruments de navigation.
    Le balisage du fleuve annonce sans doute la reprise du trafic du MB/Kokolo, 25 mètres de longueur et 15 mètres de large, avec une capacité de 1200 passagers et 2000 tonnes de marchandises, qui assure le trafic sur l’axe Kinshasa – Kisangani en passant par Mbandaka, Lisala, Bumba et Basoko. Cinq barges étaient en construction pour accompagner le grand bateau de la SCTP SA. L’autre navire marchand de la société publique est le MB Gungu réhabilité avec deux moteurs de 450 chevaux vapeurs, deux groupes électrogènes de 170 KVA, deux chambres froides, tirant 4 barges, pour naviguer et sur le fleuve et sur les affluents. Naturellement, les armateurs privés devraient aussi se réjouir du balisage réalisé par l’ex-ONATRA en ce temps d’absence de pluie qui fait le lit des bancs de sable.
    Régie des voies fluviales.
    La mission de balisage du fleuve Congo, de ses affluents ainsi que des autres cours d’eau intérieurs navigables reviennent plutôt à la RVF, Régie de voies fluviales. Cet établissement public aurait dû disposer d’engins de balisage et autres instruments de régulation du trafic fluvial et lacustre. Mais aux dernières nouvelles, il va falloir attendre jusqu’en mai 2018 pour voir l’entreprise disposer de tels engins. Il est cependant acquis qu’ils seront de marque Johs, de fabrication danoise. Il s’agit, en effet, de deux baliseurs du type affluent. Coût de l’opération : 4 962 500 dollars. D’après la direction technique de la RVF, ces baliseurs seront utilisés pour améliorer les passes et pour installer des balises et bouées de signalisation sur le fleuve Congo et la rivière Lualaba. Ce n’est pas tout, car ces engins auront aussi pour tâche de dégager les branches d’arbres et de papyrus, ou encore de renflouer les épaves de bateaux coulés.
    POLD LEVI

    Pas de commentaire