RUDES BAGARRES ELECTORALES EN PERSPECTIVES AU SUD KIVU UNC : prudent, Kamerhe se ménage un siège de député national

    19
    "Chrétiens" de Monsengwo au cours d'une messe à Bandalungwa

    Au Sud Kivu, le bureau de réception et de traitement des candidatures aux législatives nationales et à la présidentielle a réceptionné la bagatelle de 207 dossiers, rien que pour la députation nationale, rapportent des confrères en ligne. Toutes les grosses pointures provinciales convoitent un siège à l’Assemblée nationale pour les prochaines cinq années, toutes tendances politiques confondues.
    A commencer par l’UNC Vital Kamerhe lwa Kaningingi, candidat malheureux à la dernière présidentielle organisée en 2011. Prudent, le président du parti Orange, bien que plébiscité par les siens pour postuler à la présidentielle de décembre prochain, a bel et bien posé sa candidature aux prochaines législatives dans la circonscription de Bukavu. « Mieux vaut une deuxième corde à son arc », dit un adage. Et l’histoire politique récente, qui a vu le patron de l’UNC sur le carreau durant 5 longues années, réduit à batte le pavé pour se faire entendre et voir de l’opinion, aura sans doute porté. Des sources médiatiques rapportent que le président de l’UNC s’alignera aux côtés de certains de ses meilleurs lieutenants locaux, Kizito Mushizi et Donado Musema, deux anciens confrères.
    Kamerhe ne sera pas la seule grosse pointure politique sudkivutienne à compétir à Bukavu. L’AFDC Modeste Bahati Lukwebo, pourtant élu dans la circonscription de Kabare, se rabat lui aussi sur Bukavu cette fois-ci. Il y rejoint le PANADER Jean-Marie Bulambo Kilosho, l’ancien président d’un club de football local, l’O.C. Muungano, demeuré très populaire et élu en 2006 et en 2011. Mais également l’UPRDI Bonane Mushi, également connu pour ses amours footballistiques dans la ville de Bukavu.
    Marcellin Cishambo, le tout récent gouverneur du Sud Kivu, est lui aussi annoncé dans les tablettes des prochaines législatives à Bukavu. L’homme garde intact quelque popularité consécutive aux nombreuses actions sociales posées du temps où il trônait sur la province, rapportent les mêmes sources.
    J.N.

    Pas de commentaire