RETRO MUSICALE 2017 : Des hauts et des bas chez les musiciens rd congolais

27

Bon an, mal an, dit-on. L’année musicale 2017 qui s’achève aura enregistré des hauts et des bas. Dès l’entame en janvier dernier, elle s’est caractérisée par la vague de départs des musiciens de l’orchestre Wenge Musica Maison-Mère de Noël Ngiama Makanda « Werrason ». Deplic, Robinho, Café Rum, Lobeso, Eboa Lotin, pour ne citer que ceux-là, s’en sont allés chacun créer son ensemble musical ou entrer en studio pour un éventuel enregistrement d’album personnel. Sans pour autant laisser s’ébranler l’édifice construit aux lendemains de la dislocation de l’orchestre Wenge Musica BCBG. Contre vents et marées, Werrason a tenu ferme les commandes de ce qui restait de son groupe pour mieux sauter. La vedette adulée des kinois et de nombreux rd congolais de tous horizons s’est offert un périple étatsunien qui a eu le mérite de réveiller les commentaires des mélomanes. Ils sont allés dans tous les sens alors que le fondateur de Wenge Musica Maison-Mère ne s’était choisi le terroir américain que pour mieux affuter ses armes avant un retour plus que convainquant au pays de ses ancêtres.
A l’occasion des festivités marquant le mois de la femme, le 8 mars 2017, Werra présentait dans son antre de la Zamba Playa une étincelante jeune dame, Sarah Solo, qui excelle à la guitare solo en même temps qu’elle interprète les œuvres musicales de ses aînées dans la profession. Sara Solo signait ainsi son entrée au sein de Wenge MMM. Cet événement a été suivi, quelques semaines après, du lancement sur le marché de l’album « 7 jours de la semaines » dont l’un des titres, « Zenga luketu», demeure imbattable dans les hits parades nationaux et continentaux. D’aucuns parmi les mélomanes subodorent que le titre phare de l’opus pourrait rafler la palme de la chanson de l’année.
2017, c’est aussi l’année de la double célébration à Abidjan dans la capitale ivoirienne et à Lubefu dans la province du Sankuru du premier anniversaire du décès le 1er avril 2016 de Shungu Wembadio « Papa Wemba ». A l’occasion, le gouvernement ivoirien a décidé d’immortaliser l’artiste rd congolais en rebaptisant à son nom la place où il succombait en plein concert un soir d’avril 2016.
Qui ne risque rien ne gagne rien, dit-on aussi. Le chanteur de charme Férré Gola a pris le courage, juin-juillet dernier, d’affronter les mélomanes de la lointaine ville de Moscou, la capitale de la Russie. Tandis que celui que l’on aime présenter comme son concurrent, Fally Ipupa, se rendait en Amérique pour des featurings avec quelques vedettes bien cotées de la place et du monde.
Juillet 2017 aura aussi été marqué par le concert raté du chanteur Héritier Watanabe à l’Olympia de Paris, un événement tapageusement médiatisé, pourtant. Mais qui n’avait pas suffisamment tenu compte des délinquant connus sous l’appellation de « Bana Congo », déterminés depuis plusieurs années maintenant à empêcher toute production scénique d’artistes musiciens de leur pays d’origine en Europe.
En août, deux faits marquants sont à signaler : le grand succès récolté par l’orchestre Bana OK à Luanda où le groupe a livré trois concerts en l’absence notoire de son leader, Lutumba Simaro Masiya, resté à Kinshasa pour des raisons sanitaires.
Notre triste, cependant, au cours de ce premier mois du second semestre 2017 : cette folle rumeur qui a parcouru la capitale de la RD Congo, donnant l’artiste musicien Reddy Amisi pour mort. Reddy, qui s’est produit au Stade des Martyrs quelques jours après ces bruits peu fondés, avait été victime d’un malaise qui, a-t-on appris par la suite, a nécessité son transfert dans une institution hospitalière parisienne. Pour l’instant, l’artiste se porte comme un charme, assure-t-on.
En septembre 2017, le producteur ivoirien bien connu des rd congolais, David Monsoh, a signé un contrat de production avec Abdoulaye Musthiribara, un transfuge du Quartier Latin International de Koffi Olomide « Mopao Mokonzi ».
Le 15 septembre, le claviériste de l’orchestre Villa Nova de Fabregas Mbululu claquait la porte de la demeure en vilipendant vertement son désormais ancien mentor.
Le dimanche 24 septembre, à la Place des Artistes à Matonge, le comédien, musicien et cinéaste célèbre, Masumu Debrindet, célébrait son Jubilé d’Or avec en point de mire la présentation d’un livre retraçant son parcours artistique.
Le 29 septembre du même mois, Fally Ipupa livrait un épatant concert spécial au Showbuzz pour présenter « Tokooos », son nouvel opus.
C’est au courant de ce même mois que le chanteur Didier Lacoste a perdu sa mère biologique au quartier Yolo dans la commune de Kalamu.
Le mois d’octobre 2017 aura été marqué par des événements qui méritent d’être épinglés. Le guitariste et auteur-compositeur et patron de l’orchestre Bana Ok, Simaro Lutumba, âgé de 79 ans et demi, a signé son retour sur la scène dimanche 8 octobre à l’espace musical de Bibwa, dans la périphérie de la ville de Kinshasa, après plusieurs mois d’absence suite à un mal aux membres inférieurs.
Le chanteur Nkosi Tshando Pépé de Guimaraes dit Bipoli na Fulu, ancien sociétaire de l’orchestre Viva La Musica de Papa Wemba et de Victoria Eleisson est passé de vie à trépas à Paris en France, de suite d’une longue maladie, probablement un cancer de l’estomac. Sa dépouille mortelle rapatriée à Kinshasa, le 19 octobre 2017 a été inhumée au cimetière du Nécropole Entre Terre et Ciel, le vendredi 20.
Novembre 2017 est marqué par la récompense arrachée par Héritier Watanabe à Los Angeles aux Etats-Unis d’Amérique. Le jury De l’Humanitarian African Prestigious Award (HAPA) lui a décerné le prix de la « Meilleure chanson de l’année ».
Vers la fin de ce même mois de novembre, un important partenariat est signé entre Emongo Luambo, héritier de Grand Maître Luambo Franco qui gère l’orchestre T.P. O.K. Jazz et l’international Sam Mangwana, chanteur-interprète de nationalité angolaise, mais qui a bâtie toute sa carrière musicale à Kinshasa avant de s’installer à l’étranger. En perspective, les deux parties entrevoient une première longue tournée qui conduira le TP OK Jazz sous la conduite de Sam à Brazzaville, Luanda, Abidjan, etc.
Le samedi 18 novembre à la Halle de la Gombe, l’orchestre Kento-Bakaji, uniquement composé des femmes, a épaté le public avec un concert très apprécié du public.
Le mois de novembre aura malheureusement aussi été marqué par la détention dans les cachots du Casier Judiciaire à Kinshasa de l’artiste musicien Ferré Gola, traduit en justice par Koffi Olomide pour imputations dommageables. Ferré aura passé une nuit dans ce cachot dépendant des services du Procureur Général de la République avant d’être relaxé le lendemain matin.
Le mois s’est clôturé ave ce concert livré le 24 novembre par Lexxus Légal qui chantait pour les enfants au Centre Wallonie-Bruxelles.
Le mois de décembre 2017 s’est ouvert sur une triste nouvelle. Dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6, un baobab de la musique mondiale est tombé : le rockeur français Johnny Hallyday, mort à 74 ans. Il s’en est allé après avoir réalisé 60 ans de carrière avec 110 millions d’albums vendus.
JB Mpiana et son Wenge Musica BCBG, quoique n’ayant pas de disque sur le marché, se préparent intensément en studio pour un imminent single intitulé « Balle de match », que les mélomanes découvriront dès le premier mois de l’année 2018. De toutes les façons, vers fin-2017, Mukulu et ses anges adorables ont mis sens dessus sens dessous les mélomanes angolais à Luanda la capitale angolaise au cours d’une tournée qui, assure-t-on, restera gravée dans les annales.
Grand Père Bozi Boziana, quant à lui a marqué d’un cachet particulier, début décembre 2017, les 30 ans d’existence de Anti-Choc à l’Hôtel Picasso de Matonge. La cérémonie était agrémentée par cet ensemble musical qui a réussi à tenir l’assistance en haleine jusqu’aux petites heures du matin. Benz a profité de la circonstance pour présetnter son nouvel album, une compilation d’anciens succès de son groupe.
Defao Matumona, succès fou… à Paris
Le chanteur rd congolais Matumona Defao, président-fondateur de l’orchestre Big Stars, a débarqué à l’aéroport de la Roissy en France où il a été chaleureusement accueilli par une foule en liesse composée en plus grande majorité par la diaspora congolaise. Selon l’artiste qui a livré cette information au Maximum par téléphone, la durée de son séjour européen n’est pas encore déterminée. A la demande pressante de ses nombreux fans, Defao a livré son premier concert au cours d’une manifestation des « Bana Lemba » vivant à Paris. Il a été follement ovationné suivi des cadeaux et prises de vues avec des mélomanes évalués à plus d’une cinquantaine. Le samedi dernier, Defao s’est rendu à Lausanne en Suisse où il a donné un époustouflant concert dans une salle de la place. Ce samedi, 30 décembre, il se produira à Brugge en Belgique.
Zenga Ntu

Pas de commentaire