RELIGION : La communauté orthodoxe pleure Mgr Ignatios Madenlidis.

7

« Deo dedi, Deo cepi » (Dieu a donné, Dieu a retiré…) L’annonce de la mort de l’ex Archevêque d’Afrique Centrale et Exarque de l’équateur est tombée comme le coup de foudre, non seulement au sein de la communauté hellénique de Kinshasa, mais également dans toute la communauté orthodoxe du patriarcat d’Alexandrie et de toute l’Afrique centrale en général. Mgr Ignatios Madenlidis, ancien Métropolite de l’église orthodoxe en Afrique centrale et Exarque de l’équateur, Professeur de cours d’introduction au nouveau testament, fondateur et recteur de l’université orthodoxe au Congo, Faculté de théologie saint « Athanase l’Athonite » implantée à Kinshasa, est décédé jeudi 9 novembre 2017 en Grèce, à l’âge de 87 ans. Ce prince de l’église orthodoxe, icône et porte étendard de l’orthodoxie en Afrique centrale a prêché, de son vivant, la Bonne nouvelle du Christ dans beaucoup de pays africains à savoir (Rwanda, Burundi, Congo Brazzaville), où il a passé une grande partie de sa vie, principalement au centre de mission orthodoxe à Kananga, au Kasaï central. Ancien théologien de formation, ressortissant de l’université de Thessalonique en Grèce, Mgr Ignatios Madenlidis, affectueusement appelé Archevêque de Pendapoleos, (terme grec signifiant la retraire), est reconnu dans son pays d’origine (Grèce), pour sa qualité de prédicateur de talent. Ce fervent serviteur de Dieu a quitté la Fraternité O SOTIR/Grèce, sa communauté de provenance, pour élire finalement domicile en Afrique afin de prêcher la Bonne nouvelle du Christ aux fidèles chrétiens.
En Afrique centrale, Mgr Ignatios Madenlidis a gagné beaucoup d’âmes à travers sa brillante mission d’évangélisation. Cette étoile étincelante de l’orthodoxie qu’il a apportée aux peuples africains a produit de bons effets dans la chrétienneté africaine. Comme œuvre, il a posé la 1ère pierre pour la construction de la Faculté de Théologie de l’université de l’église orthodoxe en Afrique centrale, le 1er avril 2005, sur un terrain d’1 hectare dans la banlieue de Mont-Ngafula, quartier Télécom zamba, don du président de la communauté Hellénique de Kinshasa, Constantin Sophiadis. Deux ans et demi plus tard, son objectif fut atteint avec l’inauguration le 23 septembre 2007, par sa Béatitude le Pape et Patriarche d’Alexandrie, Theodoros II.
En outre, le défunt Archevêque a formé et ordonné plus de 40 Prêtres éparpillés ça et là à travers la RDC, et a construit par ailleurs environ 2 églises et écoles à art Byzantin, des centres de santé, ainsi que tant d’autres œuvres sociales laissées jachères. Pour rappel, Mgr de Pendapoleos a pris en charge tous les étudiants de la Faculté de Théologie saint « Athanase l’Athonite » dont il fut le fondateur, entre autres, billet d’avion aller comme retour, restauration, logement, soins, scolarité, différents dons, ainsi que d’autres avantages y afférents, pendant plusieurs années, pour ne citer que cela.
En plus, il supportait aussi les étudiants non orthodoxes des autres Facultés du pays. Notons qu’à ce jour, la Faculté de Théologie de l’université orthodoxe au Congo a formé et produit plus de 30 Prêtres théologiens orthodoxes. Bref, Mgr Ignatios Madenlidis, Archevêque de Pendapoleos, a contribué énormément à l’émergence de l’église orthodoxe en Afrique, avant de céder le trône épiscopal à son remplaçant, Mgr Nikiforos Georgios Konstantinou Micragiannanitis, actuel Archevêque de Kinshasa et Exarque de l’équateur, compte tenu du poids de son âge.
Mgr Ignatios Madenlidis souffrait d’une complication sanitaire due à la chute en plein chantier, dans la localité de Mbala, un village du territoire de Demba à Kananga, au Kasaï central, le 30 septembre 2017. Il avait été transféré à la clinique Alexandra où il a été interné quelques semaines pour des soins appropriés, mais sans résultat. Il a rendu l’âme dans la nuit de jeudi et vendredi 9 novembre 2017, à 2h 30 en Grèce. Que l’âme d’illustre disparu repose en paix. Adieu Mgr Ignatios Madenlidis, Archevêque de Pendapoleos, à Dieu seul la gloire.
Alain PANGUIMO
ISIRO

Pas de commentaire