RASSOP : Divergences G7 – UDPS/Tshilombo

    74
    F. TSHILOMBO ET PIERRE LUMBI

    Depuis un certain temps, le président du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement (RASSOP), aile Limete, Félix Tshilombo Tshisekedi, affiche un comportement qui ne met pas tout le monde d’accord dans la propre plateforme politique créée à Genval il y a un peu plus d’un an. Les saillies incontrôlées de l’héritier Tshisekedi contre le processus électoral en cours sont jugées rien moins qu’immatures, par beaucoup au sein de la plateforme montée de bric à broc à coup de billets verts par l’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe.
    L’échec des derniers appels à manifester de ces radicaux de l’opposition, dont la dernière remonta au 31 décembre dernier, semble avoir cristallisé les doutes sur les aptitudes au leadership du fis Tshitshi. « Le fameux peuple ne répond plus », souffle à la presse un membre influent du G7, la plateforme qui soutient la candidature de Moïse Katumbi à une présidentielle dont l’UDPS/Tshilombo ne veut plus. Lassé des sorties médiatiques désordonnées de son allié de Limete, le G7 a formellement sollicité une rencontre d’harmonisation des vues. « A cette étape importante de notre lutte commune pour la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, il est fondamental que nos points de vue soient toujours harmonisés sur les questions essentielles notamment de stratégie et de communication de manière à renforcer notre unité et l’efficacité de notre action. Dans ce sens, le G7 estime notamment qu’il convient que nous ayions le même entendement sur le sort de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016. A cet effet, le G7 vous propose de convoquer, sans tarder, une réunion des composantes de notre famille politique dans le format le plus approprié », lit-on sur un communiqué des Katumbiste rendu public lundi 9 Janvier 2018.
    Avant cet échange épistolaire pour le moins sulfureux entre composantes de la plateforme genvaliste, le député national et unique élu de son parti l’Envol, Delly Sessanga, avait rejeté l’idée d’une transition sans Kabila prônée par l’UDPS/Tshilombo. « J’ai toujours pensé que la transition qui doit nous amener vers les élections devrait s’articuler autour des éléments principaux que nous nous sommes donnés dans le cadre de l’Accord, qui stipule qu’un certain nombre d’institutions demeure en fonction pour la perspective des élections. Aujourd’hui nous avons une situation qui est là, et ce que nous voulons, c’est écouter les souffrances de notre peuple, c’est de permettre à notre peuple de se choisir un dirigeant. Donc il faut aller plus vite aux élections », soutient l’élu de Luiza.
    Au Rassop/Limete, les divergences de vues et d’objectifs politiques crèvent l’écran plus que jamais. Preuve, pour certains observateurs, que la plateforme est en nette perte de vitesse, et pourrait bientôt disparaître. Comme beaucoup d’autres dans les travées de l’opposition politique e RD Congo avant elle.
    Roberto TSHAHE

    Pas de commentaire