PROGRAMME D’URGENCE FATSHI : Gros soucis de financement au Foner

    23
    Route entretenue par le Foner

    Le Fonds national d’entretien routier, Foner, a –t-il les moyens de financer les travaux de réhabilitation des artères routières telles que lui assigné par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dans son programme prioritaire de 100 jours ?
    Les prévisions linéaires pour le premier trimestre 2019 sont de l’ordre de 102.756.155.902,5 FC soit 58.791.713 dollars au taux budgétaire. Le Foner doit mobiliser 23 millions de dollars pour soutenir l’action du Chef de l’Etat dans le domaine des routes. Ce qui est réalisable au regard des assignations du premier trimestre 2019. Mais cela est loin d’être acquis. Selon des sources bien introduites au Foner, au 15 mars 2019, le Fonds n’aurait guère atteint le quart de ses assignations trimestrielles. Ce service compte, en effet, parmi les dix comptes spéciaux (Go pass/RVA, FPI, CAMI…Fonds forestier national) repris dans le budget de l’Etat. Leur caractéristique principale est qu’ils sont en droit de consommer, de dépenser, toutes les recettes qu’ils réalisent. Ce qui devrait constituer leur efficacité est plutôt source de gabegie.
    A la faveur d’une question orale avec débat lui posée, en 2018, par l’alors député UDPS Serge Mayamba, le ministre sortant des ITPR (Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction), Thomas Luhaka, avait relevé une déplorable disparité entre les statistiques de la SOCIR et celles de la DGDA ex-OFIDA chargée de collecter les ressources pour le compte du FONER au point d’entrée des produits pétroliers, notamment à Kinlau à Muanda, dans la province du Kongo Central.

    Par ailleurs, la créance du FONER sur l’Etat avoisine les 30 millions de dollars. Le gouvernement n’a même pas prévu l’amorce d’un paiement même à long terme dans son Cadre budgétaire à moyen terme 2019-2021. Bien au contraire, l’établissement public ne bénéficie même pas du soutien du gouvernement pour recouvrer l’argent que ses redevables versent à la CADECO, Caisse d’épargne du Congo. Aux dernières estimations, la CADECO garde devers elle quelque 4 millions de dollars du FONER. Le DG du FONER, Fulgence Bamaros Lobota n’a guère reçu l’appui de l’Etat pour récupérer environ 10 millions de dollars qui se sont retrouvés bloqués dans deux banques en liquidation à savoir la BC, Banque congolaise (6.000.000 de dollars) et plus de 3.500.000 de dollars à la BIAC.
    En dépit des soucis pécuniaires, le Fonds national d’entretien routier a, quand même, pris le pari d’augmenter à plus de 50 millions de FC (50.966.484 FC) ses prévisions des recettes pour l’exercice 2018 qui sont de près de 265 milliards de FC (264.378.0007.255,55 FC ). Créé en 2008, le FONER collecte, en effet, des fonds pour financer les travaux d’entretien des infrastructures, exécutés par les structures pérennes à savoir, l’Office des routes (OR), l’Office des voiries et drainage (OVD) et la Direction générale des voies de desserte agricole.
    Le FONER tire également ses ressources des droits de péage, sur les charges à l’essieu ainsi que les pénalités diverses comme les allocations budgétaires, les dons et legs ainsi que les contributions des bailleurs de fonds.
    POLD LEVI Maweja K.

    Pas de commentaire