A la une Economie

INFRASTRUCUTURES : Réhabilitation du port de Bumba et du Chemin de fer des Uélés

L’Etat a résolu de remettre sur les rails le CFU-F, Chemin de fer des Uélés-Fleuve et ses appendices dont le port de Bumba, dans la Mongala, dans l’ex-province de l’Equateur.
Condamnée à liquidation-dissolution à la suite de la fixation de son capital, on ne sait trop comment, à 1FC par le COPIREP, Comité de pilotage de la Réforme des Entreprises Publiques, le CFU-F va reprendre vie selon son DG ai, Jean Enyange ma Ndobo. D’ici mai 2019, des travaux de réhabilitation du port de Bumba, à cheval entre les grands ports de Kisangani et de Kinshasa, pourraient débuter avec la réhabilitation du bâtiment administratif et l’aménagement extérieur y compris le quai d’accostage et la construction du mur de clôture du port. Quelque 5 entrepôts seront également reconstruits dans un premier temps.
Selon le DG ai Enyange, ces travaux seront financés sur fonds propres de l’Etat dans le cadre du budget d’investissements des provinces. Comme pour marquer son retour dans le giron des entreprises du groupe du Portefeuille, le CFU-F a été rebaptisé Société des Chemins de Fer des Uélés, SCFU. Un changement de nom qui a eu pour effet l’annulation de certaines dettes fiscales, sociales, etc., L’ex-CFU-F a naturellement la gestion du chemin de fer reliant Aketi à Bumba, les bretelles Komba-Bondo et Andoma-Titule ainsi que d’autres extensions et embranchements.
Certes, sa voie ferrée ne répond plus aux normes modernes, son écartement est de 0,60 m alors que la mesure standard est de 1m. Du temps du gouvernement Matata, dans l’ambiance de l’arrivée de l’ITB Kokolo à Kisangani après sa réhabilitation, l’alors ministre des Transports et des Voies de communication, Justin Kalumba, avait déclaré que 4 locomotives seraient alignées sur les chemins de fer des Uélé. Rien n’est venu.
Par ailleurs, la société n’a pas été reprise dans le Projet de transport multimodal, PTM, financé essentiellement par la Banque Mondiale. La vingtaine de locomotives acquise ces dernières années par la SNCC, sont en effet, le fruit du PTM.
ses statuts qui remontent au processus de transformation des entreprises en 2009, la société a notamment pour objet l’exploitation du transport ferroviaire sur les axes Aketi-Bumba, Buta-Kisangani, Aketi-Bondo, Buta-Isiro, Kisangani-Isiro et Kisangani-Bunia. Pourtant, sans la relance de ce chemin de fer, les activités mercantiles ne sauraient prendre de l’essor dans les provinces du Bas et Haut-Uélé, de la Mongala, de la Tshuapa et du Nord-Ubangi.
POLD LEVI MAWEJA K.

Hits: 20

Partagez cet article