HAUT UELE : Un accident de route, 16 morts à Isiro

    14
    Un accident de circulation (Archives)

    Dans la ville d’Isiro, chef-lieu de la province du Haut-Uélé, le mardi 14 novembre 2017 aura été une journée de deuil généralisé à la suite d’un accident de circulation routière survenu vers 18 heures locales, qui aurait causé la mort de 16 personnes, hommes, femmes, et enfants. La société civile du Haut-Uélé, contactée par Le Maximum, indique que l’excès de vitesse serait à la base de cet accident malheureux. Un camion de marque Hinno transportant 28 passagers à son bord ainsi que des marchandises en provenance du marché de PK 27 dans la chefferie Makoda en territoire de Wamba, a terminé sa course dans le marécage de la rivière Nava. Des témoignages concordants affirment que le chauffeur aurait perdu le contrôle du volant à plus au moins 200 mètres du lieu de drame, au virage qui mène vers la rivière portant le même nom, à environ 15 km d’Isiro. Les mêmes sources précisent par ailleurs que l’accident a eu lieu lors que le chauffeur tentait de dépasser un véhicule de marque Mercedes Benz 2624, tombé en panne sur ce tronçon routier.
    Ayant appris la nouvelle, la Croix-Rouge locale a dépêché une équipe d’urgence sur les lieux du drame afin de repêcher les corps des victimes. Le bilan de cet accident de circulation faisait encore état de 16 morts et 13 rescapés.
    Le gouvernement provincial du Haut-Uélé a décrété la journée du mercredi 15 novembre journée fériée, dédié à la mémoire des victimes de cet accident routier. Le gouverneur du Haut-Uélé, Jean-Pierre Lola Kisanga et une suite importante de ses collaborateurs se sont aussi rendus sur les lieux du drame en vue de palper du doigt les retombées du drame. Le gouvernorat a ainsi pris en charge l’inhumation des personnes décédées et les soins médicaux des rescapés de l’accident.
    Même si révoltés contre le sort qui les accablait, certaines familles ont décidé de retirer et de se charger elles-mêmes des obsèques de leurs proches qui ont perdu la vie mardi dernier.
    Alain PANGUIMO

    Pas de commentaire