HAUT-UELE/ISIRO : Relance des cultures du café robusta et du cacao

    72
    Jean-Pierre Lola, au lancement de la campagne de café et du cacao à Isiro

    Le bâtiment administratif de l’Office National du Café, ONC, sous- secteur d’Isiro, a vibré mercredi 24 janvier 2018 au rythme du slogan « 100% ambiance café ». Cette journée, dédiée spécialement à la relance des cultures pérennes du café et du cacao dans l’ex capital de l’or vert, é été consacrée au coup d’envoi, des activités agricoles sur l’ensemble de la province du Haut-Uélé, sous le thème : « Relance du café et du cacao pour le démarrage et la stabilité de l’économie dans les Uélés. ».
    Dans l’allocution prononcée à cette occasion, l’Ir Richard Mondongo Egbende, directeur du sous-secteur de l’ONC/Isiro, a fait savoir que la province du Haut-Uélé est une province pilote en matière des cultures pérennes du café et du cacao, qui constituent un facteur important pour rehausser le niveau de l’économie de la province. Il y a quelques décennies, Isiro était surbaptisé « capitale de l’or vert » en raison de son énorme production caféière. Dans les années 1990, la culture du café robusta est tombée en désuétude dans la région pour multiples raisons.
    Sur le plan agro-économique et politique, le café a subi une énorme baisse de prix sur le marché mondial. L’instabilité politique du pays, avec la succession de pillages, diverses guerres d’agression, ainsi que la trachéomycose ont fait le reste.
    La relance des cultures pérennes du café et du cacao compte donc aujourd’hui parmi les facteurs importants de la lutte contre la pauvreté, du développement de l’économie, mais également à la protection de l’environnement, en réponse au besoin de la réduction des gaz à effet, devenu un enjeu mondial majeur pour la lutte contre le réchauffement climatique.
    Le Haut-Uélé, a précisé, le parton de l’ONC/Isiro, fut le berceau du café, et rapportait en terme de revenu à l’époque, plus au moins 40 % de recettes au trésor public, à travers les 400 grandes plantations caféières implantées dans les territoires de la province.
    Le jeu en valait donc la chandelle. Le gouverneur du Haut-Uélé, Jean-Pierre Lola Kisanga, a décrété une semaine agricole afin de consacrer la renaissance de la production du café robusta et du cacao, et ainsi de soutenir l’économie nationale, les finances publiques provinciales, pour redorer à la population du Haut-Uélé son pouvoir d’achat. Jean-Pierre Lola Kisanga, a, par ailleurs réaffirmé que le gouvernement provincial du Haut-Uélé s’engage dans l’accompagnement de l’ONC à acheter 33.933 kilogrammes des semences, soit près de 34 tonnes de semences améliorées trachéotolérants planteurs de café.
    Ceci constituera un véritable levier pour concrétiser le lancement de la culture du café dans le Haut-Uélé.
    Après son adresse, juste avant de déguster le prototype de café robusta offert par l’ONC, Jean-Pierre Lola Kisanga, a symboliquement planté une graine du café dans le site aménagé à cette fin. Il a été suivi dans ce geste symbolique par le président de l’Assemblée provinciale, le comité de sécurité provincial, les membres du gouvernement, ainsi que les partenaires présents à ce grand évènement. A la fin des cérémonies, le gouverneur du Haut-Uélé, Jean-Pierre Lola Kisanga, à la tête d’une forte délégation, est allé visiter tour à tour le site de Bede, à plus au moins 17 km d’Isiro, dans la chefferie Mayogo-Mabozo, groupement Makumbolu, la plantation Motando à Modimbo, et enfin, le site aménagé de l’université de l’Uélé, au quartier Gossamu, dans la commune de Kupa.
    Alain PANGUIMO
    ISIRO

    Pas de commentaire