HAUT-UELE/ISIRO : A 9 ans, grièvement blessé à la machette par un fou

    28
    Oscar Baraka, grièvement blessé à la machette

    La ville d’Isiro s’est réveillée mercredi 9 mai 2018 sous une forte tension ponctuée de cris de sourde révolte et d’indignation. A l’origine de cette quasi-révolte populaire, un enfant de 9 ans et demi du nom de Baraka Oscar, élève de 3ème année primaire grièvement blessé par coup de machette lui asséné par un débile mental. Le fou est, lui aussi, connu : il s’agit de Vicky Nanze, un sujet Budu originaire de territoire de Wamba.
    Selon les témoins, la victime était à la recherche des rameaux pour confectionner les balais exigés dans le cadre des travaux manuels à l’école, en compagnie de son frère aîné. Une recherche qui a emmené le duo fraternel jusqu’au quartier Edindale, où le fou Vicky Nanze tient habituellement ses quartiers.

    A la vue des garçons déambulant dans ses quartiers, le fou s’énerve et tente de les acculer dans un coin. L’aîné des garçons jaugeant l’air méchant et déterminé du débile, conseille à son cadet de s’enfuir pendant que lui-même se met à l’abri en attendant de quérir du secours. Mais dans sa fuite, le petit Oscar Baraka, tout terrorisé, trébuche, tombe, et se fait rattraper par le fou qui lui assène plusieurs coups de machette qui le blessent grièvement : à la tête, à la hauteur du front, au bras, avant de l’abandonner là.
    La victime, récupérée par des passants, a été acheminée à l’hôpital général de référence d’Isiro pour des soins appropriés, mais serait dans un état critique. Et le fou mis au cachot du sous-commissariat de la police nationale Congolaise, (Tic-Tac).
    Il est rapporté que Vicky Nanze, le fou d’Isiro, n’en est pas à son premier coup du genre. Le débile aurait fui la localité « Yamu », son village natal dans le secteur Malika-Mabudu Babyeru en territoire de Wamba, pour à Isiro, à la suite jd’un acte de violence du genre qui avait causé la mort d’homme. C‘est depuis lors, rapporte-t-on, q’u’il n’a plus remis les pieds dans son village natal.
    Alain PANGUIMO
    Correspondant à Isiro

    Pas de commentaire