GOUVERNEMENT : Sécurité renforcée autour de l’Immeuble Intelligent

    16
    L'Immeuble Intelligent, sur boulevard du 30 juin à Kinshasa

    Le gouvernement a doté la Cellule de gestion des immeubles du gouvernement, CGIC, d’ importants moyens financiers pour assurer la sécurité des personnels, des bureaux et locaux ainsi que des équipements, matériels et dossiers au sein de l’immeuble du gouvernement (Intelligent) et de ses emprises.
    La CGIC est un service créé par le gouvernement pour gérer les 7 immeubles de la Place Le Royal et l’immeuble Intelligent. Sans doute qu’une faille sécuritaire a-t-elle été déplorée à l’immeuble du gouvernement, ou alors les services ont eu écho d’un projet ténébreux ciblant cette imposante infrastructure. En tout cas, d’ici le 20 octobre 2018, un service de gardiennage sera désigné pour scruter les va et vient au sein de l’Immeuble intelligent qui compte 11 niveaux et pour une surface est de 23.329,35 m2. Selon une récente enquête de la Fondation Entreprendre, 80 % des visiteurs ne comprennent pas le sens de l’intelligence attribuée à l’immeuble du gouvernement. Seuls, 20 % essaient de se trouver une explication et tombent sur des approches plutôt liées à la beauté de l’ouvrage. Conclusion : l’intelligence faisant appel à l’innovation technologique du bâtiment est quasi-inexistante. «Aucune donnée n’est automatiquement collectée dans l’immeuble intelligent. Tout ou presque est manuel en ce qui concerne les objets connectés afin de faciliter l’usage des utilisateurs. « Du rendez-vous aux accès, de la circulation à l’identification de parking. Même les agents se font identifier de manière sommaire », note la Fondation Entreprendre. Qui colle, d’ailleurs, une cote de 3/10 à l’immeuble présumé intelligent pour ce qui est de l’efficacité énergétique et des performances environnementales. «Aucun plan d’efficacité énergétique, écrit la Fondation. Le Back up est un groupe thermique. Les éclairages sont commandés manuellement. La climatisation n’est pas optimisée. Les lampes ne sont pas économiques». Il sied de rappeler qu’en octobre 2016, le Bureau Central de Coordination (BCECO) avait attribué l’entretien du jardin de l’immeuble du gouvernement à l’Organisation pour la Gestion de l’Environnement au Congo (OGEC). Montant du mensuel du contrat : 8 776,25 USD toutes taxes comprises. L’OGEC qui a statut d’ONG a pour président Francis Useni, ex-chef du service protocole à la Primature du temps de Matata Ponyo. Initialement chiffrée à 26 millions, la construction du bâtiment le plus intelligent du boulevard du 30 juin aura coûté au trésor public exactement 41.700.455 USD selon le gouvernement Matata.
    POLD LEVI MAWEJA

    Pas de commentaire