FRONT COMMUN POUR LE CONGO : Shadary, fin prêt pour la bataille électorale

51
Emmanuel Ramazani Shadary, avec Henri Mova le 3 novembre

Une semaine après la démonstration de force du Stade Tata Raphaël de Kinshasa, samedi 27 octobre 2018, le Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila Kabange a remis les plats. Samedi 3 novembre 2018, le chapiteau du Pullman Hôtel Kinshasa, autant que les alentours de l’établissement hôtelier kinois lui-même, du reste, ont encore une fois refusé du monde à l’occasion de la présentation de l’équipe de campagne du candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary.
Ce fut, encore une fois, gigantesque et surtout complet. Pour remporter sans coup férir la présidentielle du 23 décembre prochain, ce sont 48 cellules d’action réparties selon les secteurs de la vie nationale et les impératifs de la campagne qui seront à pied d’œuvre. Leurs animateurs ont été sélectionnés parmi les meilleurs en République Démocratique du Congo. Rien à dire.
Impressionnante machine électorale
L’impressionnante machine électorale est chapeautée par le candidat du FCC Emmanuel Ramazani Shadary lui-même. Une cellule de coordination que dirigée par le professeur Evariste Boshab assisté de Daniel Mukoko Samba se chargera de l’élaboration du programme de gouvernement du candidat. Les autres cellules auront en charge la sécurisation du processus électoral (Coordonnateur : Henri Mova, Rapporteur : Didier Etumba Longila) ; les relations avec les partenaires (Coordonnateur : Modeste Bahati Lukwebo, Rapporteur : Kyalumba Mwana Ngongo) ; les questions de transport ( Coordonnateur : José Makila Sumanda, ) ; la décrispation et les mesures de confiance (Coordonnateur : Azarias Ruberwa Maniwa, Rapporteur : Théophile Mbemba Fundu) ; les Finances et logistique (Coordonnateur : Moïse Ekanga, Raporteur : Mme Jaynet Kabila) ; la communication (Coordonnateur : Lambert Mende Omalanga, Rapporteur : André-Alain Atundu Liongo) ; Le recrutement et l’encadrement des témoins (Coordonnateur : Aubin Minaku Ndjalandjoko, Rapporteur : Mme Béatrice Lomeya) ; la centralisation des résultats (Coordonnateur : Alexis Thambwe Mwamba) ; la diplomatie (Coordonnateur : Léonard She Okitundu) ; l’encadrement des fonctionnaires et agents de l’Etat (Coordonnateur : Pierre Kangudia Mbayi, Rapporteur : François Rubota) ; les organisations paysannes (Coordonnateur : Boniface Balamage, Rapporteur : Katebwa) ; les stratégies (Coordonnateur : Adolphe Lumanu, Rapporteur : Jean-Lucien Bussa) ; les Mouvements associatifs (Coordonnateur : Kiwakana, Rapporteur : Maker Mwangu) ; les Confessions religieuses (Coordonnateur : Prof. Bongongo, Rapporteur : Arthur Sedeya ) ; l’encadrement des femmes (Coordonnateur : Mme Elysée Munembwe, Rapporteur : Mme Jeannine Mabunda ) ; la Jeunesse (Rapporteur : Zoé Kabila, Rapporteur : Momat Kitenge) ; les questions juridiques (Coordonnateur : Néhémie Mwilanya Wilondja, Rapporteur : Arthur Kamukuni) ; la santé publique (Coordonnateur : Dr. Oly Ilunga, Rapporteur : Mme Maguy Rwakabuba) ; les actions à impact visible (Coordonnateur : Thomas Luhaka Losendjola, Rapporteur : A. Kalenga) ; la gestion des réseaux sociaux (Coordonnateur : Bienvenu Liyota Ndjoli, Rapporteur : Papy Thamba) ; la cartographie électorale (Coordonnateur : Eugène Serufuli ) ; les milieux syndicaux (Coordonnateur : Willy Mishiki, Rapporteur : Shadrack Musowa) ; le monde académique (Coordonnateur : Prof. Auguste Mampuya, Rapporteur :Prof. Prince Kaumba) ; les directions provinciales de campagne (Coordonnateur : Ingele Ifoto) ; les milieux scolaires (Coordonnateur : Gaston Musemena, Rapporteur : Mme Juliette Mbambu) ; les hommes et femmes d’affaire (Coordonnateur : Raphaël Katebe Katoto, Rapporteur : Pius Mwabilu Mbayu) ; les chauffeurs et autres (Coordonnateur : Nemoyato, Rapporteur : JP Mpasi) ; le secteur informel (Coordonnateur : Jean-Chrisostome Vahamwiti, Rapporteur : Mme Marie-Ange Mushobekwa) ; la mobilisation (Coordonnateur : Médard Autsai Asenga, Rapporteur : Omer Egwake ya Ngembe) ; les peuples autochtones (Coordonnateur : Kinyoka, Rapporteur : David Nku Imbie) ; autorités traditionnelles (Coordonnateur : Guy Mikulu, ) ; les artistes (Coordonnateur : André Kimbuta Yango, Rapporteur : Roger Lusala) ; le lobbying (Coordonnateur : Prof. Elikya Mbokolo, Rapporteur : Simon Bulupy,) ; Les sports (Coordonnateur : Gentiny Ngobila, Rapporteur : Amy Ambatobe); les désoeuvrés (Coordonnateur : Mme Geneviève Inagosi,) ; les exploitants artisanaux (Coordonnateur : Mayobo, Rapporteur : Kakwata) ; la société civile (Coordonnateur : Mme Maguy Kyala, Rapporteur Robert Willy B. ) ; les personnes vulnérables et vivant avec handicap (Coordonnateur : Félix Kabange Numbi, Coordonnateur : Texas Mwimba) ; les femmes des policiers et militaires (Coordonnateur : Mme Liliane Pande, Rapporteur : Mme Carole Agito); les weewa (Coordonnateur : Placide Tshisumpa, Rapporteur : Claude Mashala) ; les cambistes (Coordonnateur : Kokoniangi, Rapporteur : Atakaye) ; le groupe des porte-paroles (Aimé Kilolo, Franklin Tshamala, Yves Kisombe, Makolo Kotambola etc.) ; le secrétariat technique (Coordonnateur : Clément Kwete, Rapporteur : Prof. Tshibangu Kalala). Chacune de ces cellules est composée de membres dont le nombre peut varier entre 15 et 20 personnes soit quelques 600 membres dans l’ensemble.
Mbujimayi : le taureau par les cornes
La plateforme électorale dont le président Joseph Kabila est l’autorité morale prend donc le taureau par les cornes. Au cours d’un point de presse vendredi 2 novembre 2018 à Kinshasa, le coordonnateur du comité stratégique de cette plateforme Néhémie Mwilanya Wilondja, a annoncé que la plateforme se déploiera dès mercredi 7 novembre dans l’espace kasaïen, précisément à Mbujimayi au Kasai Oriental, aux fins d’y installer ses structures. Trois jours plus tard, le 10 novembre, sera présenté à l’opinion le programme électoral, très attendu, du candidat n° 13 à la présidentielle 2018. L’œuvre coordonnée par le juriste constitutionnaliste Evariste Boshab assisté de l’économiste Daniel Mukoko Samba, entre autres, devrait confondre l’extraordinaire flopée de programmes ronflants, théoristes et démagogiques vantant des centaines de milliards de budget national sans indiquer la provenance des ressources aussi mirifiques publiés par les nombreux impétrants de l’opposition.
La publication de l’équipe de campagne du candidat Ramazani Shadary, samedi dernier au Pullman Hôtel Kinshasa, n’a laissé personne indifférent, dans les rangs de l’opposition politique particulièrement, où des voix se sont élevées pour la vouer aux pires gémonies. De même qu’une poignée de personnalités, manifestement infiltrées tel le cheval de Troie qui, désignées membres des cellules de campagne, ont aussitôt embouché les trompettes de l’indignation pour dénoncer leurs désignations parmi les conseillers du candidat du FCC « sans avoir été consultés ». Au cours d’une interview sur la radio Top Congo, dimanche 4 novembre 2018, Lambert Mende Omalanga, le très populaire coordonnateur de la cellule de communication d’Emmanuel Ramazani (il avait reçu l’ovation la plus nourrie à l’appel de son nom au chapiteau du Pulmann) a indiqué que les personnalités qui estiment avoir été associées contre leur gré aux équipes du candidat FCC n’avaient qu’à le faire savoir à ce dernier afin qu’il soit pourvu à leur remplacement. Jusque lundi 5 novembre au moment où Le Maximum mettait sous presse, une dizaine de personnalités avaient indiqué leur refus de faire partie des cellules de campagne de ERS… plutôt par voie de presse, comme pour s’offrir un brin de publicité gratuite. Sans vraiment émouvoir outre mesure dans le camp shadaryste au regard de la proportion peut significative des défections. « Nul n’est indispensable. Même pas moi-même », avait encore déclaré Lambert Mende sur Top Congo, expliquant qu’aucune des personnes en question ne s’était retrouvée aux commandes des cellules de la campagne où elles avaient été désignées en qualité de membres.
Réagissant également sur la polémique née de la publication de l’impressionnante équipe de campagne du candidat du FCC, Barnabé Kikaya, également membre de la cellule de communication, s’est montré à la fois conciliant et ferme. « Dans l’équipe de campagne, presque toute la crème de notre famille politique s’y retrouve. L’intention du candidat était de faire jouer un rôle à chacun de manière inclusive de façon que personne ne puisse se sentir lésé. Toutes les têtes pensantes de notre famille se retrouve dans cette équipe », a-t-il expliqué.
J.N.

Pas de commentaire