FRAIS ACADEMIQUES A L’UNIKIN : Steve Mbikayi maintient le taux de 9200 FC

    35
    Manifestations des étudiants à l'Unikin le 24 janvier

    C’est à l’issue d’une réunion avec le comité de gestion et la coordination estudiantine, jeudi 25 janvier 2018, que le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi, a tranché au sujet du taux applicable pour le payement des frais académiques. Il reste fixé à 9200 Franc congolais le dollar américain.
    Cette nouvelle a été bien accueillie par les étudiants. Après au moins une journée de réclamation suivie de 2 jours de vives tensions et d’échauffourées sur le campus universitaire de Kinshasa, qui ont contraint les forces de l’ordre à intervenir pour rétablir l’ordre. Intervenant sur les antennes de la radio Top Congo FM, Stève Mbikayi a invité le comité de gestion au respect de cette mesure et les étudiants à l’apaisement.
    Un communiqué des services académiques de l’Unikin, diffusé le même jeudi dans la journée, confirmait la décision du ministre.
    Les manifestations de contestation de la majoration du taux de change applicable au payement des frais académiques au campus universitaire de Kinshasa avaient débuté mercredi 24 janvier dans la matinée et se sont poursuives jusqu’au jeudi dans la mi-journée. La Police avait été dépêchée sur les lieux pour rétablir l’ordre sur le site. Selon les témoignages des étudiants, les agents de policé ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Certains de ses témoignages font état de biens de valeurs ravis aux étudiants, et d’interpellations. Un étudiant blessé par balle a été acheminé aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, a-t-on appris. Ainsi qu’un autre dont la main a été arrachée alors qu’il tentait de renvoyer une grenade sur les policiers qui l’avaient dégoupillée.
    Sur ces dérapages, Steve Mbikay a estimé que la Police avait en général bien fait son travail, et s’est montrée professionnelle. Même son de cloche du Général Sylvano Kasongo, le patron de la police de la capitale, qui a déclaré sur la radio onusienne Okapi que la Police a recouru aux gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants ainsi que les badauds venus en appui à la manifestation estudiantine.
    Par ailleurs, le Ministre de l’ESU a fait savoir que les dossiers des étudiants exclus en 2017 pour n’avoir pas respecté les règles de l’université sont bel et bien sur sa table.
    RBV

    Pas de commentaire