DEUX MEMORABLES PHENOMENES VOCAUX (Suite) : Le King est mort, vive le King

    39
    King Kester Emeneya Mubiala

    Né à Kikwit le 23 novembre 1956, Jean Emeneya Mubiala, « Kester » est décédé dans un hôpital à Paris en France le 13 février 2014. Fils de papa Mubiala, Kester a grandi dans léa ville de Kikwit où il a accompli ses études primaires et secondaires et décroché un diplôme d’Etat au terme de l’année scolaire 1974-1975. Tout jeune Kester, comme bon nombre de jeunes garçons de son âge qui se voulaient « éveillés », fait le tour d’orchestres de fortune de Kkt, avant d’intéger, en 1971, un ensemble sérieux, « Les anges noirs ». L’orchestre est composé d’élèves de l’Institut Don Bosco (Indobo) où Jean MUbiala Emeneya accomplissait ses études secondaires. Au sein de cette formation musicale, Kester se fit découvrir comme chanteur de charme. A cette époque, Emeneya écrivait déjà des très belles chansons qui ont constitué le répertoire des Anges noirs de Kikwit. L’année 1974-1975, Kester Emeneya et Lidjo Kuempa constituait le duo d’attaque et d’attraction des Anges noirs et drainaient les mélomanes kikwitois.
    Néanmoins, Jean Mubiala caressait le rêve secret de devenir un homme politique, pas seulement un as du micro. Il se rendit donc à Kinshasa la capitale, lieux par excellence où il semblait que cette denrée se fabriquait en 1976-1977. Mais ne s’y attarda pas, la fabrique de politiciens se trouvait plus de 2000 km plus loin. Kester poursuivit son voyage vers Lubumbashi pour y entreprendre des études de sciences politiques à la Kassapa (Université de Lubumbashi).
    A l’université, Jean Mubiala intégra allègrement l’orchestre des étudiants « Les Kassapards ». Un camarade Kassapard du nom de Misha Mulongo ne tarda pas à se rendre d’immenses talents de Kester Emenyera et lui proposa un voyage à Kinshasa à ses frais, pour enregistrer rapidement deux ou trois chansons. Arrivés à Kinshasa, Misha Mulongo, grand fan de Papa Wemba et son Viva La Musica, présenta Kester au chef coutumier de Molokai. Papa Wemba testa l’artiste et l’incorpera illico presto dans le groupe, fin 1977 début 1978.
    Au sein de l’orchestre Viva La Musica, Kester Emeneya ne tarda pas à prouver aussi bien ses talents d’excellent chanteur-compositeur que ceux de meneur d’hommes. Dans les années ’80, lorsque Papa Wemba s’en alla prester pour plusieurs au sein de l’Afrisa de Taby Ley, c’est à King Kester Emeneya qui confia l’orchestre Viva La Musica.
    24-25 décembre 1982 : naissance de Victoria Eleison
    Début 1980, l’écurie musicale Vévé du Pdg Verckys Kiamuangana Mateta a le vent en poupe. Les artistes-musiciens de la 3ème génération et leurs orchestres respectifs : Zaïko Langa Langa, Bella Bella, Empire Bakuba, Lipua Lipua, Les Kamalés, Stars Magna de Monza 1er, Langa Langa Stars, Anti Choc et tant d’autres bénéficiaient des différentes faveurs de cet empire musical. Après avoir tourné le dos à Papa Wemba, Kester, Bipoli, Pinos, Tofolo Tofla, Manzangi, Debaba, El Chanto, Petit Prince, Djudjuché Luvengika, Patcho Star, Huit Kilos, Mongo Ley, etc. se retrouvent chez Vévé. Ils montent un nouvel orchestre, le Victoria Eleison, qui effectue sa sortie officielle pendant le réveillon de Noël 1982la fête de la naissance de l’enfant de Dieu (24-25) décembre 1982. L’événement a lieu au bar Vévé Center et vaut le nouveau surnom accolé à Kester Emeneya : « Jésus ».
    Immense succès commercial
    1982 – 1990, Kester brille de mille feux, son Victoria Eleison compte parmi les meilleurs orchestres du pays, et ses chansons flirtent avec les sommets des hit-parades.
    King Kester Emeneya crut pouvoir introduire sa musique dans l’ère du numérique, en recourant le tout premier au son numérisé (les ordinateurs dans la chanson anthologique comme Nzinzi, rompant particulièrement avec l’air folklorique). Emeneya est donc le premier artiste-musicien congolais à utiliser le synthétiseur et la programmation assistée par l’ordinateur dans les arrangements artistiques des chansons, à partir de 1987. Sa principale œuvre musicale caractéristique de cette innovation, « Nzinzi », a été vendue à travers le monde sur différents supports à plus d’un million d’exemplaires.
    Grande envolée dans l’échelle internationale
    Dans les années ’90 qui suivent, les musiciens congolais rêvent de World music. Emeneya aussi, qui « Nzila velela », « Mukusa », « Nzinzi », « Live in Japan », « Never again », etc. En 1993, il sort son album « Every Body », distribué par Sonodisc. Cet opus récolte un impressionnant succès à l’échelle internationale.
    Les salles mythiques
    Artiste-musicien de grand renom, Emeneya s’est produit sur les cinq continents. Ses plus célèbres productions se sont déroulées au Japon en 1991, en Amérique du Nord et en Asie. Kester a été invité (avec Pépé Kallé) par la chanteuse congolaise, Abeti Masikini en featuring lors de son concert au Zénith de Paris en 1987. Tandis que, plus tard Emeneya, lui-même avec son groupe, s’est produit dans cette salle en 2001 avant de réaliser un doublé (2002 – 2008) à l’Olympia de Paris avec comme invité, Rochereau, son idole. Avant 2010, King Kester a livré un concert resté dans les annales en Suisse en réunissant 12000 personnes dans une salle. Une première pour un artiste-musicien africain dans ce pays. Jean Emeneya Mubiala a laissé inachevée, mais dans un état très avancé, sa villa de Binza-Météo. Il comptait l’inaugurer le 30 juin 2014. Hélas ! Il a laissé une veuve et plusieurs orphelins. Zenga Ntu
    Artiste-musicien aux multiples surnoms :
    Kester, Jésus, Djo Kes, Ya jean, Nkua Mambu, Malankove, Grand Prêtre de Likonzinga, Le Grand Kisimbi, Le Grand Pétrolier, Kimakulu, Ya Mokolo, Oleki Bango, Nkua Ngolo Zonzo, Le Grand Bachelier, Muntu wa Zamani, Atarawambi, Méla Kampe, Brevêté en Chant, Docteur Honoris Causa.
    DISCOGTAPHIE
    a) Victoria Eleison :
    1982 : Naya, Ngabelo, Okosi nga mfumu,
    1983 : Surmenage, Ndako ya ndele
    1985 : Kimpiatu (Afiniko) , Wilo Mondo
    1986 : Wabelo
    1987 : Ambenzo, Manhatatan
    1988 : Nzinzi
    1990 : Mukusu
    1991 : Dikando remix
    1992 : Polo kina
    1993 : Every Body
    1994 : Live in Japan
    1995 : Every Body remix
    1996 : Pas de contact
    1997 : Succès fou, Mboka mboka
    1999 : Never again, Plus jamais
    2000 : Longue histoire (Vol. 1 & 2)
    2001 : Live au Zénith de Paeis
    2002 : Live à l’Olympia de Paris, Rendre à César ce qui est à César, Nouvel ordre
    2007 : Le jour le plus long
    2014 : This is me (bloqué au studio jusqu’à ce jour)
    b) avec Viva-La-Musica
    1977 : Milena
    1978 : Kaba zonga, Ndako ya ndele
    1979 : Kayolén Ata nkalé
    1980 : Dikando, La Runda, Dembela, Ngonda
    1981 : Mashueni, Fleur d’été, Horoscope

    Pas de commentaire