CONTRE-OFFENSIVE DIPLOMATIQUE : Kinshasa prend l’UA et l’ONU à témoin

53
Moussa Faki, à l'occasion d'un séjour kinois

Après Antonio Guterres, vendredi 1er juin 2018, le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, a poursuivi sa tournée diplomatique à Addis-Abeba au siège de l’Union Africaine. Dimanche 3 juin, le chef de la diplomatie rd congolaise a transmis un message spécial du Président de la République, Joseph Kabila Kabange, au Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat.
Comme à New York, le contenu de ce message n’a pas été révélé. Mais des sources dans la délégation du plénipotentiaire rd congolais indiquent que la question de la visite conjointe du secrétaire général de l’ONU et du président de la Commission de l’UA à Kinshasa a été au centre des entretiens entre les deux personnalités.
Occasion pour le numéro un de l’UA de redéfinir les contours de cette initiative conjointe qui vise à responsabiliser et à soutenir le leadership africain dans les questions continentales afin d’éviter que certains partenaires étrangers ne viennent de manière cavalière s’immiscer dans les affaires sans mandat. Allusion on ne peut plus claire aux récentes initiatives sans titre ni droit des autorités françaises et belges, autant sans doute des chefs d’Etats rwandais et angolais qui y ont prêté le flanc sans fards.
L’envoyé spécial de Joseph Kabila a rappelé à cette occasion que c’est dans le même esprit que le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine de juillet 2017 avait condamné la pratique des sanctions unilatérales contre des pays et personnalités africaines par des pays et partenaires extracontinentaux. Cette initiative, selon Léonard She Okitundu, est donc voulue comme une appropriation africaine de la solution en RD Congo.
Moussa Faki a salué les avancées dans les préparatifs des élections et renouvelé la disponibilité de son institution à accompagner le processus politique en RD Congo, pour des élections crédibles, apaisées et transparentes.
Les sources proches de la délégation de la RD Congo affirment qu’en près de 72 heures, l’envoyé spécial du Président de la République Joseph Kabila Kabange aura porté la voix de la RDC auprès des institutions internationales dûment saisies de la question de la RD Congo, notamment le Conseil de sécurité de l’ONU et le Conseil paix et sécurité de l’Union africaine.
J.N. AVEC AGENCES

Pas de commentaire